Union des Syndicats CNT de la Loire

(Interpro, PTT, Santé-Social, Éducation,
Communication, Culture et Spectacles)

Mort de Rémi Fraisse : les médias encore à côté de la plaque.
[Posté le 4/11/2014]

Par le Syndicat Interprofessionnel de la presse, des médias, de la culture et du spectacle SIPM - Confédération nationale du travail. (4 novembre 2014)

« Je demeure convaincu qu’un journaliste n’est pas un enfant de chœur et que son rôle ne consiste pas à précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n’est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie. » Cette citation d’Albert Londres est l’une des plus fondamentales de la profession journalistique. Nous, travailleurs de la presse et des médias, avons le regret de constater que la couverture médiatique autour de l’assassinat de Rémi Fraisse ne donne pas l’impression que la profession s’inspire de celui qu’elle désigne volontiers comme son modèle.

La mort d’un manifestant tué par les forces de l’ordre constitue l’une des plus graves situations que puisse connaître une société qui se veut démocratique. Les différents médias d’information semblent ne pas vouloir, dans leur écrasante majorité, prendre la mesure de l’évènement. Pire, la plupart des rédactions semblent avoir pris leur parti dans cette affaire, là où le public serait en droit d’attendre pour le moins l’impartialité, l’honnêteté et le sérieux. Ainsi, après que Rémi Fraisse eut été tué dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26 octobre, les rédactions s’accommodèrent des informations de la gendarmerie et de celles du procureur d’Albi et se contentèrent de couvrir l’évènement comme un simple fait divers.

Les versions changeantes de la gendarmerie, l’usage avéré de grenades offensives contre des manifestants et, simplement, un mort dans une manifestation en France sont autant de raisons, pour les rédactions, de mener une enquête sérieuse et indépendante, afin de remplir leur rôle de contre-pouvoir. Dans cette affaire, les rédactions semblent avoir fait leur choix, celui d’être faible avec les forts et fort avec les faibles. Plusieurs médias se sont étonnés de l’absence de réaction du gouvernement dans les premières quarante-huit heures alors qu’aucun n’aura pris la peine de poser les questions qui fâchent à ces mêmes responsables politiques pourtant si disponibles d’habitude pour commenter l’actualité et lancer des petites phrases. Il a fallu la publication d’une contre-expertise, lundi 27 octobre, pour amener les rédactions à poser la question de l’utilité du projet de barrage du Testet. En revanche, les mêmes médias se sont permis de relayer des rumeurs sans fondement et des informations non vérifiées à propos des opposants présents sur le site. Ainsi, Rémi Fraisse a été calomnié, les médias se permettant de faire courir le bruit qu’il était sous l’emprise de l’alcool au moment des faits ou encore que son sac à dos contenait des explosifs. Le même traitement médiatique a été infligé à Elsa, l’opposante blessée le 7 octobre à Sivens par une grenade lancée par un gendarme dans la caravane où elle se trouvait avec plusieurs personnes, même traitement médiatique. Dans les médias traditionnels, impossible d’entendre sa version des faits - pourtant étayée par une vidéo montrant un gendarme jeter une grenade dans sa direction - sans que sa parole soit accompagnée de termes mettant insidieusement en doute son honnêteté.

Nous, travailleurs de la presse et des médias, sommes révoltés à plusieurs titres par les dérives constatées dans le travail de nombreuses rédactions. D’abord, parce que ces errances choquent notre conscience de professionnels et d’êtres humains comme elle choque la conscience de tout lecteur ou spectateur en droit d’attendre une information de qualité. Ensuite parce que ces errances ne font que créer un climat de défiance chez beaucoup. C’est à cette défiance que doivent se confronter, de plus en plus, les reporters, journalistes reporters d’images, photographes et techniciens qui couvrent l’actualité sociale. Nous, travailleurs de la presse et des médias, refusons d’être les instruments de l’oppression.

Il ne peut y avoir de démocratie dans un pays où l’État assassine ses opposants.

Il ne peut y avoir de démocratie dans un pays où la presse se rend complice de l’État.

Répondre à cet article