Union des Syndicats CNT de la Loire

(Interpro, PTT, Santé-Social, Éducation,
Communication, Culture et Spectacles)

Fauchage de colza muté en Lorraine
[Posté le 2/04/2014]

Paris, le 2 avril 2014

COMMUNIQUE DE PRESSE

FAUCHAGE DE COLZA OGM EN LORRAINE

En pleine « Semaine sans pesticides », les Faucheurs Volontaires d’OGM annoncent la neutralisation d’une plateforme d’essais de Colza VrTH (Végétaux rendus Tolérants aux Herbicides) du CETIOM (Centre Interprofessionnel des oléagineux). C’est l’un des principaux pourvoyeurs de ces technologies. Cette plateforme, proche de Toul (Lorraine) est l’un des sites de vulgarisation auprès des paysans de ces OGM cachés. Demain, faudra t-il neutraliser des récoltes pour que nos droits soient préservés ?

Le ministère de l’agriculture vient de reconduire un nouveau moratoire sur le maïs OGM Mon810, mais rien n’est fait pour arrêter le développement du colza muté qui envahit nos régions. Ces variétés de colza ont été rendues tolérantes à des herbicides appliqués directement sur les feuilles, et cela par une manipulation génétique protégée par un brevet. Ce sont des OGM obtenus par mutagénèse. Ce sont des OGM cachés car la réglementation européenne les exclut du champ d’application de la directive sur les OGM, tout en les définissant techniquement comme tels.

Les variétés de tournesol muté avaient déjà colonisé nombre de nos régions. L’arrivée du colza muté pose encore plus de problèmes car la dissémination par le pollen et les graines est totalement incontrôlable, ce qui remet en cause le droit des paysans à produire sans OGM et le droit des consommateurs à une alimentation de qualité. Par ailleurs ces techniques constituent des impasses agronomiques et ne règlent en rien la question des pesticides dans l’environnement et dans l’assiette des consommateurs. Aucune évaluation ni étiquetage n’est exigé pour ces produits de consommation humaine (huile) et animale (graines et tourteaux)

Nous dénonçons le passage en force des semenciers et des opérateurs de la filière qui cachent aux paysans la vraie nature de ces variétés en les présentant comme issues de sélection classique. C’est la politique du fait accompli : on colonise d’abord les champs, ensuite il est trop tard pour légiférer.

Déjà le 2 septembre 2013, les Faucheurs Volontaires avaient occupé les locaux de LORCA, en Moselle, pour alerter les opérateurs de la filière sur les risques liés à ces OGM. SOURDE OREILLE D’autres organisations ont été reçues par les ministères de l’Agriculture et de l’environnement. SOURDE OREILLE

Un moratoire sur le Mon 810 vient d’être renouvelé parce que les citoyens n’en veulent pas. Un moratoire sur les variétés mutées rendues tolérantes aux herbicides (VrTH) doit maintenant être décrété parce que les citoyens n’en veulent pas

PAS D’OGM DANS NOS CHAMPS ET NOS ASSIETTES QU’ILS SOIENT ISSUS DE TRANSGENESE OU DE MUTAGENESE

Le collectif des Faucheurs Volontaires

Répondre à cet article