Union des Syndicats CNT de la Loire

(Interpro, PTT, Santé-Social, Éducation,
Communication, Culture et Spectacles)

MANIFESTATION du 1er MAI 2013
[Posté le 28/04/2013]

La guerre de classe que mènent l’Etat et le patronat main dans la main, ne faiblit pas.

L’Accord National Interprofessionnel (ANI) est la dernière arme dont ce joyeux duo vient de se doter !

Cet accord signé par des syndicats de salariés (CFDT, CGC et CFTC : doux trio) est une véritable mise à mort du code du travail, il va démultiplier les possibilités patronales : réduction de la masse salariale, baisse des salaires, rationalisation du fonctionnement des entreprises et augmentation de leurs bénéfices. Les signataires (fameux quintet) de cet accord se sont donnés comme mission de détruire toutes les conquêtes sociales des décennies précédentes acquises de hautes luttes. Les travailleuses et travailleurs seront de plus en plus corvéables et jetables comme de vulgaires machines, de vulgaires marchandises.

Pour nous anarcho-syndicalistes, l’heure est à la mobilisation syndicale et sociale, à la construction d’une force révolutionnaire capable de faire reculer les offensives patronales (cf. le mielleux quintet), capables de faire rentrer à la niche (de faire taire) les groupes religieux de tous poils et les groupuscules nationalistes et identitaires de tous crins qui déversent, à tue-tête, leurs propos rétrogrades, racistes et homophobes.

Le syndicalisme institutionnel réformiste (et/ou collaborationnste) a abandonné tout projet collectif. L’anarcho-syndicalisme, lui, propose un projet de société autogestionnaire, libertaire et fédéraliste, s’appuyant sur un autre mode d’organisation, de production et de distribution.

Rappel sur l’origine du 1er mai :

C’est le 1er mai 1884 que les syndicats américains entament la lutte pour la journée de huit heures. La grève du 1er mai 1886 est largement suivie et le 3 mai à Chicago une manifestation fait trois morts parmi les grévistes. Le lendemain, une marche de protestation a lieu. Au moment de la dispersion, une bombe explose et fait un mort dans les rangs de la police et sept autres policiers sont tués dans la bagarre qui s’ensuivit. Cinq syndicalistes anarchistes, Albert Parsons, Adolph Fischer, George Engel, Auguste Spies et Louis Lingg, seront condamnés à mort. Malgré l’inexistence de preuves, les quatre premiers seront pendus le 11 novembre 1887, le dernier (Louis Lingg) s’étant suicidé dans sa cellule. Trois ans plus tard, la IIe internationale socialiste décide de faire de cette date une journée de manifestation avec pour objectif la journée de huit heures. Le 1er mai 1891, à Fourmies, dans le Nord, la police tire sur la foule qui manifeste et fait neuf morts.

Cette date est depuis ancrée dans la tradition des luttes ouvrières. Ensuite face aux grèves suivies du 1er mai le patronat a transformé cette journée de lutte en "jour férié" "fête du travail" et brin de muguet…

POUR UN SYNDICALISME DE LUTTE DE CLASSE ET D’EMANCIPATION SOCIALE !

LA CNT APPELLE À MANIFESTER LE 1ER MAI 2013

St-Etienne 10h 30 Bourse du Travail

Roanne 10h30, Ancienne Bourse du Travail

PDF - 126.4 ko
Tract CNT42 1 mai 2013

Répondre à cet article