Union des Syndicats CNT de la Loire

(Interpro, PTT, Santé-Social, Éducation,
Communication, Culture et Spectacles)

Procédure d’expulsion du 21 rue Clément Forissier : Le prononcé sera rendu le 23 janvier 2013.
[Posté le 20/12/2012]

le 19 décembre 2012 à 9H Tribunal de St-Etienne.

Le prononcé sera rendu le 23 janvier 2013.

Nous avons décidé d’agir plutôt que de subir.

Personne, absolument personne ne doit dormir à la rue.

Nous sommes des personnes révoltées par la traque* incessante des pauvres organisée par les pouvoirs publics et nous avons décidé de venir en aide à ces familles. C’est la troisième maison que nous occupons : l’an dernier 20 familles habitaient au 71 de la rue Neyron : 7 familles ont finalement été hébergées par le 115 après plusieurs mois d’attente. Les autres familles ont déménagées au mois de juillet dans une nouvelle maison rue de la Mulatière pour laquelle le procès est toujours en cours. Nous venons de réquisitionner l’immeuble du 21 rue Clément Forissier, vide et inutilisé depuis plus de deux ans. Il héberge 9 familles dans 7 appartements, 48 personnes dont 31 enfants, tous scolarisés pour ceux qui sont en âge de l’être.

Nous sommes ainsi appelés à comparaître pour atteinte au droit de propriété.

Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires.

Venez nombreux exiger l’application de ce droit avec nous lors de l’audience au tribunal de St Etienne le mercredi 19 décembre 2012 à 9 heures.

Le 31 octobre 2012, à St Étienne les professionnels de l’urgence sociale sont dans la rue et dénoncent leur mission devenue impossible : 500 personnes dont des familles entières avec des enfants sont à la rue. Ces chiffres sont donnés par le 115 (le 115 est un numéro national départementalisé d’urgence et d’accueil des personnes sans abri). Des stéphanois indignés et impuissants devant la détresse de ces hommes, ces femmes et ces enfants jetés à la rue par les expulsions incessantes organisées par les pouvoirs publics les ont rejoints dans cette manifestation. Les stéphanois savent le nombre important de logements vides, pour certains objets de spéculation.

Préfecture et Mairie sont aux abonnés absents.

* Plusieurs expulsions massives ont eu lieu tout l’été. Au début de l’été (6 juillet), expulsion du bidonville de Chantegrillet et d’un immeuble dans le quartier du Soleil, les familles ont été posées, escortées par les CRS, sur un terrain vague à Montmartre, un mois plus tard ils sont ré-expulsés (17 août), les cabanes sont de nouveau détruites au Bulldozer. Le 4 octobre, deux autres maisons expulsées dans la rue Neyron et plusieurs familles qui tentaient de s’installer vers le parc Montaud, expulsées le même jour. Le 10 c’est le tour de la Perrotière à Terrenoire, un immeuble appartenant à la Mairie, accompagné par le collectif « Que personne ne dorme à la rue », 50 personnes dont une dizaine d’enfants !!!

Pendant environ un mois, des familles, beaucoup d’enfants et de bébés, erraient dans la ville, pourchassée par la police… Une nuit sur un parking et délogées au matin, deux nuits sur un terrain vague, ré-expulsées, un jour sur un trottoir, un autre dans un abribus… les familles n’en pouvaient plus, les enfants étaient malades et épuisés, ils souhaitaient retourner à l’école.

Audience au tribunal de St Etienne le mercredi 28 novembre 2012 à 9 heures.

Report de l’audience au 19 décembre 2012.

"Le Collectif Forissier"


dans cette rubrique