Union des Syndicats CNT de la Loire

(Interpro, PTT, Santé-Social, Éducation,
Communication, Culture et Spectacles)

lundi 26 novembre 2012 à Tours : 1er procès de la mutagénèse
[Posté le 15/11/2012]

Du Samedi 24 au Lundi 26 Novembre

Soutenons les Faucheurs d’OGM devant la justice pour le premier procès sur les plantes pesticides brevetées issues de la mutagénèse (OGM cachés)

Rassemblement Lundi 26 à partir de 11h devant le Tribunal Place J.Jaurès à Tours

3 faucheurs seulement seront jugés, alors que plus de 120 avaient, en août 2010, fauché partiellement 2 plate-formes d’essai de variétés de tournesol muté, tolérantes à un herbicide.

L’ensemble des participants avaient revendiqué leur acte, et vont continuer à le faire. La plupart seront présents au procès, dont une dizaine de notre région.

Mais il est indispensable qu’on soit beaucoup plus nombreux à être présents pour montrer notre détermination à refuser ces OGM cachés, pesticides et brevetés. Rappelons qu’en Rhône-Alpes, entre 30 et 50% des cultures de tournesol sont des OGM cachés, et que le colza a sans doute déjà été semé cet automne

PDF - 325.3 ko
Tract procès Tours 21.11.12

Un covoiturage est organisé pour un départ de Givors et Saint-Etienne e dimanche 25 au matin, et pour un retour le lundi 26 dans la nuit ou le mardi 27 au matin suivant la durée du procès. L’hébergement est organisé sur place.*

Si vous êtes partants, merci de nous le signaler très rapidement sur : faucheurs69.42 no-log.org en précisant un n° de téléphone pour des consignes plus précises.


Le 26 novembre 2012, s’est déroulé à Tour le procès des Faucheurs volontaires qui avaient détruit, le 24 juillet 2010, en Indre-et-Loire [1], des petites parcelles de tournesols génétiquement mutés (l’Express Sun de Pioneer et l’Imeria CS Clearfield de BASF), appelés par les militants « OGM cachés ».

Trois personnes avaient été inculpées, mais le fauchage avait mobilisé 119 personnes et 74 d’entre elles ont demandé au juge d’être, elles aussi, jugées. Le juge a refusé de prendre en compte la demande de ces « comparants volontaires ». Suite à ce refus, prévenus, avocats, comparants volontaires et témoins ont quitté le tribunal, en guise de protestation. Selon Guy Kastler, de la Confédération paysanne, appelé à témoigner au cours de ce procès, le procès s’est déroulé dans une ambiance « soft » après le départ des inculpés et des comparants volontaires, mais elle était, au contraire, parfois beaucoup plus tendue avant leur départ.

Le procureur de la République a requis, à l’encontre des trois prévenus, trois mois de prison avec sursis, 3000 et 4000 euros de dommage et intérêts pour les deux agriculteurs qui ont vu leurs parcelles détruites et 1000 euros de frais de justice. Il a aussi requis 350 euros pour chaque témoin qui a quitté le procès.

Le jugement a été mis en délibéré au 7 février 2013.

Répondre à cet article