Union des Syndicats CNT de la Loire

(Interpro, PTT, Santé-Social, Éducation,
Communication, Culture et Spectacles)

Danger mondial : les combustibles usés de Fukushima
[Posté le 17/06/2012]

bonjour,

je vous fais suivre l’info importante ci-dessous, pour que vous n’hésitiez pas à la rendre publique, à la diffuser largement, et à en appeler à une mobilisation sans précédent contre le nucléaire et son monde, pour une intervention d’urgence au Japon bien sûr, mais partout ailleurs également pour démanteler définitivement cette industrie immensément criminelle.

Les conclusions de l’article ci-dessous sont proprement catastrophistes, mais la personne qui l’a écrit ne trouve rien de mieux à préconiser que de signer simplement une pétition adressée à l’ONU. Comme si nous pouvions compter sur une telle organisation, comme si le passé ne nous enseignait rien (l’Onu a par exemple laissé faire les génocides du Timor oriental et du Rwanda, ainsi que les "épurations ethniques" en ex-Yougoslavie...). Comme si nous pouvions nous permettre de ne pas compter uniquement sur nous-mêmes pour mettre en place un autre monde, un nouveau monde avant que l’ancien ne nous détruise.

y.

extrait : Dans une intervention filmée en date du 12 mai 2012 (4), Gundersen déclarait : " Le réacteur 4 demeure ma plus grosse inquiétude concernant le site de Fukushima. Le réacteur 4 contient plus de combustible que n’importe lequel des autres réacteurs de la centrale, mais surtout il contient la plus grande quantité de combustible usé, utilisé très récemment. Tout ce combustible est dénué de confinement. En soi, ce serait déjà bien assez dangereux ­ si ce n’est que, bien sûr, le réacteur 4 a subi une série d’explosions et que ses structures sont affaiblies. Auparavant, il aurait pu supporter un tremblement de terre de magnitude 7,5. Je pense que les dommages à la structure du réacteur n°4 sont si importants que, si un séisme de magnitude 7,5 se produit, le réacteur n’y résistera pas. "

Dix fois plus de césium qu’à Tchernobyl

lire tout l’article

Répondre à cet article