Qui sommes nous ?

Dernier ajout : 9 janvier 2012.

UN SYNDICAT ! Parce que cette forme d’organisation - telle qu’elle a été définie par ses fondateurs et qui reste plus que jamais d’actualité - englobe à la fois le champ économique, politique, social et culturel. Parce qu’elle a écrit les plus belles pages de l’histoire du mouvement ouvrier. Parce qu’elle est directement issue du peuple et qu’elle représente au plus près ses intérêts. Parce qu’elle remet en cause le rôle dirigeant des partis au sein du mouvement social. Parce qu’elle offre une structure solide sur laquelle s’appuyer pour lutter au quotidien et tenter, demain, de réorganiser la société.

DE COMBAT ! Parce que la plupart des syndicats sont actuellement englués dans la collaboration avec les classes dirigeantes. Parce que l’État et le patronat ne se laissent pas convaincre par de belles paroles. Parce que les intérêts des travailleurs s’opposent radicalement aux intérêts du capitalisme. Parce que seule la lutte est payante (grèves, occupations, manifestations, boycott...). Parce que les grandes avancées sociales n’ont été arrachées que dans l’action et la mobilisation

AUTOGESTIONNAIRE ! Parce que les permanents syndicaux, dans leur ensemble, génèrent (inconsciemment ou non) la passivité et la bureaucratie au sein de leurs organisations. Parce que les décisions doivent être prises à la base par les syndiqués eux-mêmes. Parce que nos délégués sont élus sur des mandats précis et qu’ils sont révocables à tout moment par l’assemblée générale du syndicat. Parce que nous sommes soucieux de l’autonomie des syndicats locaux et respectueux du fédéralisme. Parce que nous préconisons l’auto organisation des luttes (comités de grève, coordinations...).

ET SOLIDAIRE ! Parce que les hiérarchies de salaires et de fonctions ainsi que les différences de statuts, renforcent les divisions et l’égoïsme au sein de la population, et s’opposent à la construction d’une société égalitaire et autogérée... Parce que seules la réflexion et l’action interprofessionnelles ou inter catégorielles permettent d’éviter le corporatisme... Parce que les luttes des femmes, des chômeurs, des précaires, des mal logés, des sans-papiers, des lycéens et des étudiants sont aussi les nôtres. Parce que les peuples du monde entier sont tous victimes des mêmes maux.

Derniers articles

Pour une révolution de l’anarcho-syndicalisme : éléments polémiques

Dimanche 21 mai 2006 // Qui sommes nous ?

« Il y a chez ces gens là quelques chose de négligé, de la désertion au combat » Bernie Bonvoisin, Trust 2001 « Révolutionnaires »
Revue les Temps Maudits n°21, mai-septembre 2005
Le texte qui suit est une ébauche d’un travail que nous devons accomplir au plus vite. Dans le camp progressiste en général, aucune idée nouvelle, aucun nettoyage de fond, aucune analyse des échecs n’a sérieusement émergée depuis des décennies. L’échec du camp progressiste est attribué trop (...) Lire la suite »

Petite histoire de la CNT-F

Dimanche 1er janvier 2006 // Qui sommes nous ?

Le nom de la CNT circule désormais régulièrement, sur les tracts, dans les manifestations, parfois dans les médias. Mais si les trois lettres commencent à être connues, ce qu’elles signifient reste souvent bien flou. Plusieurs éléments concourent à cela. " Confédération nationale du travail " indique bien qu’il s’agit d’un syndicat, pour le reste les termes ne sont guère explicite ; et comportent un " nationale " bien peu opportun, de nos jours, en France. Ensuite, (...) Lire la suite »

Charte du syndicalisme révolutionnaire

dite Charte de Paris, 1946

Dimanche 1er janvier 2006 // Qui sommes nous ?

Charte du syndicalisme révolutionnaire dite Charte de Paris, 1946
Charte adoptée lors du Congrès constitutif de la CNT française au lendemain de la seconde guerre mondiale. Continuatrice de la Charte de Lyon (CGT-SR, 1926).
La Charte du Syndicalisme Révolutionnaire adoptée au Congrès constitutif de la C.N.T Décembre 1946
En présence de l’instabilité politique et financière de l’Etat français, qui peut à tout instant provoquer une crise de régime et, par conséquent, poser la (...) Lire la suite »

Congrès constitutif de la CNT - 7, 8, 9 décembre 1946

Dimanche 1er janvier 2006 // Qui sommes nous ?

Compte rendu des débats Congrès constitutif de la CNT/décembre 1946 La fondation de la Confédération nationale du travail en décembre 1946 est un évènement syndical peu étudié. Nous publions ici le texte intégral du compte rendu du congrès constitutif de la CNT tel qu’il parut dans le journal L’Action syndicaliste, qui devait devenir bientôt Le Combat syndicaliste, comme décidé au congrès.
Il y aurait beaucoup à dire sur cet évènement sur lequel nous souhaitons publier (...) Lire la suite »

La CNT... qui sommes-nous ?

Dimanche 1er janvier 2006 // Qui sommes nous ?

UN SYNDICAT ! Parce que cette forme d’organisation - telle qu’elle a été définie par ses fondateurs et qui reste plus que jamais d’actualité - englobe à la fois le champ économique, politique, social et culturel. Parce qu’elle a écrit les plus belles pages de l’histoire du mouvement ouvrier. Parce qu’elle est directement issue du peuple et qu’elle représente au plus près ses intérêts. Parce qu’elle remet en cause le rôle dirigeant des partis (...) Lire la suite »

Les anarchistes et la CGT-SR 1926-1939

Jeudi 21 avril 2005 // Qui sommes nous ?

Ce texte provient du site www.libertaire.org, site qui a archivé les différents numéros du Libertaire, organe de l’Union Anarchiste (UA), puis de la Fédération Anarchiste (qui se transformera en Fédération Communiste Liberaire sous l’influence de Fontenis et de son OPB). Ce texte souligne bien le désintérêt des anarchistes français envers la centrale anarcho-syndicaliste de P. Besnard. Les notes en bas du texte sont du site www.libertaire.org
Autonomie ou unité syndicale ? (...) Lire la suite »

L’anarchosyndicalisme et le syndicalisme révolutionnaire

Jeudi 14 avril 2005 // Qui sommes nous ?

Certains, y compris des libertaires, pensent que l’anarchosyndicalisme appartient au vieux mouvement ouvrier et relève du passé. Certes, la société a changé et, pour nous, il ne s’agit pas de plaquer sur la réalité sociale d’aujourd’hui un modèle en partie élaboré au siècle dernier. Une expérience prestigieuse qu’il s’agirait de répéter.
Si nous écartons évidemment cette méthode, pour autant nous ne prétendons pas partir de rien. De (...) Lire la suite »