Programme de mars 2012 au local

Lundi 20 février 2012 // Programmes

Vendredi 2 mars 19h00 (Local du Chat Noir)

Apéro-bouffe révolutionnaire et syndical !
L’occasion pour venir nous rencontrer et discuter de manière informelle et festive de l’air du temps, des luttes, des problèmes que vous rencontrez sur vos lieux de travail...
Apportez de quoi grignoter, on s’occupe du reste !

Vendredi 16 mars 19h00 (Local du Chat Noir)

Renaissance Italienne : Naissance du monde moderne
Nous sommes au XIV eme siècle, au nord de l’Italie, les villes de Florence, Sienne et Pise vont bouleverser les jeux politiques économiques, techniques et remettre en cause « l’ordre naturel » défendu par l’église catholique. L’effervescence de cette époque va durablement modifier l’Europe et la faire entrer dans le monde que l’on dit « moderne ».
La peinture et la sculpture de cette époque sont le reflet de ces évolutions.
Venez avec vos visions, idées, souvenirs scolaires et autres … Nous en discuterons.


Samedi 24 mars
soiree sound system au Chat noir avec DJ Empalote

Egocentrique, alcoolique, catalan (et fier !), anarchiste, mais il s’aime ! Entre les en­chainements ratés, la musique pourrie que personne ne connait et du matériel qui tient avec du scotch, il n’y a aucune raison d’aller à ses soirées... Mais, vous avez un bonne raison de vous déplacer : soutenir la CNT dans ses luttes !!
Donc rendez vous dans la tanière du chat noir au 18 avenue de la Gloire à Toulouse pour partager quelques cacahuètes, bières et beaucoup de GROS SON le samedi 24 mars en soirée.

Samedi 31 mArs

projection d’Au prix du gaz au Hangar
(8 rue de Bagnolet - 31100 Toulouse. Metro Arènes)

Un film documentaire écrit et réalisé par Karel Pairemaure
Juillet 2009. Châtellerault. L’usine de sous-traitance automobile New Fabris vient d’être mise en liquidation judiciaire. Les ouvriers occupent l’usine. Ils envoient une dépêche à l’Agence France Presse :
« Les bouteilles de gaz sont dans l’usine. Tout est prévu pour que ça saute en l’ab­sence d’accord au 31 juillet stipulant que chaque salarié recevra 30 000 € de PSA et Renault. On ne va pas les laisser attendre août ou septembre pour récupérer les pièces en stock et les machines encore dans l’usine. Si, nous, on n’a rien, eux n’auront rien du tout ! » Les médias se précipitent dans la zone industrielle Nord. Vivant à quelques pas, j’ai décidé d’aller voir de moi-même. C’est là que tout à commencé… « Au prix du gaz » est une plongée au coeur de la lutte ouvrière, de la rage à la reconstruction… Silence des machines. Paroles d’ouvriers. Un écho aux « sans voix », à une classe ouvrière devenue invisible.

Répondre à cet article