Un jour de grève ne suffit pas : grève générale !

Jeudi 7 octobre 2010 // Agenda

A TOULOUSE MANIFESTATION : MARDI 12 OCTOBRE 2010 à 10h00 - SAINT CYPRIEN - TOUTES ET TOUS EN GRèVE RECONDUCTIBLE !

Après le 27 mai, le 24 juin, le 07 septembre, le 23 septembre, le 02 octobre... il est devenu évident que les grèves et manifestations de 24h00 ne suffiront pas à faire entendre au pouvoir que nous ne voulons pas de leur réforme des retraites.

Continuer ces journées « de mobilisation » sans lendemain, reviendrait à vouloir stopper un incendie avec un verre d’eau. Ne nous trompons pas d’outil au risque de favoriser une démobilisation. Parier sur les élections de 2012 pour espérer le retrait de la réforme, serait vite oublier toutes les belles promesses politiciennes non tenues. C’est bien avec une grève générale illimitée et des blocages économiques, que nous parviendrons à stopper l’offensive capitaliste qui a toujours su profiter de nos faiblesses pour récupérer ce que nos luttes sociales d’hier ont su leur arracher.

De nombreux économistes ont démontré que les arguments démographiques du gouverne-MENT sont faux. Pour eux, il ne s’agit pas de « sauver les retraites » mais de les tuer ! Il est vrai qu’aujourd’hui 10 salariés produisent et partagent avec 4 retraités, alors qu’en 2050, ces 10 salariés devront (en gros) partager avec 8 retraités. Mais la productivité n’a cessé d’augmenter et donc l’argent produit avec notre travail a doublé... Sans être réparti. Ainsi en 2050 (avec un taux de croissance pessimiste de 1%) le PIB aura augmenté (3000 milliards) comme cela a été le cas pour les 40 dernières années (PIB 1970 : 1000 milliard). Il y a donc largement les richesses pour financer les retraites, aujourd’hui comme demain. Mais il faut choisir : les retraites ou la finance, les travailleuses et les travailleurs, ou les actionnaires et le patronat.

Maintenant, nous ne pouvons plus reculer au risque d’aiguiser plus encore l’appétit du patronat pour les prochaines années !
Plusieurs secteurs sont déjà en grève comme les raffineries de Marseille. D’autres, comme le rail, ont déjà annoncé clairement leur volonté de poursuivre la lutte si nous ne sommes pas entendus le 12 octobre. Il nous appartient maintenant à toutes et tous dans nos entreprises, mais aussi dans nos quartiers avec les chômeurs, précaires, retraités et étudiants de continuer à expliquer ce qui se cache sous cette réforme et l’importance de nous mobiliser sans attendre après « les autres » et notamment les bureaucraties syndicales.

Nous étions 3 millions le 02 octobre 2010, mais nous pouvons être bien plus ! Beaucoup d’entre nous doutent encore de notre capacité à gagner (malgré leur soutien) pourtant c’est notre responsabilité individuelle de ne pas céder à la résignation et de nous impliquer, chacun selon ses moyens pour arriver ensemble à une grève générale pour le retrait de leur réforme et l’élargissement de nos droits à la retraite financés par les bénéfices des possédants.

NB : SalariéEs, chômeurs, précaires, étudiantEs ou retraitéEs...Retrouvons nous en assemblée à la fin de la manifestation ( place Wilson ou proche) pour échanger, informer, proposer, partager nos infos de lutte par secteur, idées d’actions et appels à soutien etc...

C’est nous qui produisons, c’est nous qui décidons !


Répondre à cet article