Retraites : un combat a gagner !

Mardi 21 septembre 2010 // Agenda

grÈve gÉnÉrale dÉs le 23 !

JEUDI 23 SEPT. 2010 - manifestation :
9h30 a SAINT CYPRIEN - Toulouse

Qu’est ce qu’on attend ?

Plus personne n’en est dupe : la « réforme » des retraites Sarkozy-Woerth n’est qu’une arnaque masquant une énième régression sociale pour nous et un énième acquis pour le patronat et les milieux financiers. Comment expliquer qu’il est aisé de trouver des fonds pour sauver les banques en faillite mais qu’il est impossible d’en trouver pour nos retraites, notre système de santé, etc.
Pour sauver sa peau, le capitalisme veut nous faire payer. C’est l’argument du gouvernement : il faut sauver le système... A nous donc de « comprendre » qu’il faut abandonner une part de nos retraites, avant d’abandonner tout le reste ?

A la base, dans les entreprises, dans la rue, tout le monde le sait : au delà du conflits des retraites, cette rentrée sociale est le test général dans le rapport de force entre le peuple et les puissants.

Au delà des retraites, un choix de société

Nous ne devons pas reculer sur les retraites car cette lutte pose la question de la répartition et du partage des richesses. Les retraites et la sécurité sociale ont été créées par les travailleurs au sortir de la guerre dans un pays en ruine, elles ne seraient plus finançables aujourd’hui dans une France plus riche que jamais ?
En 30 ans, la part des salaires dans la richesse totale du pays a baissé de presque 10% au bénéfice du capital... Bref, les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus pauvres. Et nous devrions encore payer la note ?
Depuis des dizaines d’années, les gouvernements ont multiplié les contrats exonérés de charges. Or, ce cadeau fait au patrons n’est autre qu’un vol de la part du salaire (charges salariales) destiné, auparavant, à financer nos retraites, la Sécu,...

Ce que nous ne toucherons plus de la sécu ou des retraites suite à ce vol « légalisé », nous devrons le payer à une complémentaire ou à une caisse privée, qui ré-investira nos cotisations dans la finance et les actionnaires pourront en profiter !
Les patrons font du chantage et menacent de délocaliser les entreprises, délocalisons les patrons, réapproprions-nous collectivement les outils de travail et nos moyens de productions .

Travaillons tous, moins et autrement !! Ne nous tuons pas à la tâche, nous ne sommes pas de la chair a patron. C’est de la base que viendra notre espoir, par l’autogestion des mouvements et la construction d’alternatives concrètes. A condition de commencer par nous réveiller...

Contre-attaquons, C’est enfin le bon moment !!!

C’est une guerre sociale qu’il faut déclarer contre ce gouvernement de régression et le système capitaliste qui nous exploite et nous aliène.

On ne stoppera cette réforme qu’avec notre arme : la grève générale !

Actuellement, plusieurs secteurs ont déjà rebondi sur la grève du 7 septembre : La Poste, Education, pétro-chimie, Territoriaux, Renault et de nombreuses boîtes privées à Paris, Nîmes, Rennes Montpellier, Lyon...

Si les travailleuses et travailleurs ne luttent pas aujourd’hui avec leur arme principale, c’est à dire le blocage de l’économie par la grève la plus large possible, quand le feront-ils ? C’est à la base qu’il faut dès maintenant construire ce mouvement, et déjà de nombreux syndicats locaux appellent à cette grève générale.

Dès le 23, n’attendons pas, retrouvons nous pour des assemblées générales interprofessionnelles, débrayons, bloquons ! soutenons les camarades en luttes ! pour reconduire la grève dès le 24 !

Répondre à cet article