Communiqué fédéral à l’issue des manifs du 19 mars 2009... Et un, et deux, et trois... Enfin, ça reconduit !

Mardi 7 avril 2009, par raf // Actualité SSE

Trois millions, dans la rue... comparé au 29 janvier, pas un seul cortège n’a faibli.

Trois millions, dans la rue... comparé au 29 janvier, pas un seul cortège n’a faibli.

Dans l’éducation, des AG ont appelé à la reconduction de la grève, dès le 20, et surtout le 24 mars, emboitant le pas à l’appel des coordinations du supérieur-recherche, de l’intersyndicale de l’enseignement professionnel et spécialisé (LP,EREA, SEGPA...)

La CNT-FTE adhère à ces dynamiques, dépose les préavis couvrant ces luttes et appelle à soutenir les initiatives, à la base, de reconduction de la grève pour la généraliser. Elle relaiera et soutiendra les initiatives d’AG qui iront dans ce sens.

Construisons, de la maternelle à l’université, un véritable rapport de force qui impose les revendications des travailleurs-ses, en élargissant les luttes à tous les secteurs, pour refuser les attaques gouvernementales et réactionnaires, pour défendre les acquis historiques des travailleurs et pour en conquérir de nouveaux fondés sur l’égalité, la socialisation, l’autogestion par la base, le partage (des richesses et du temps de travail), les services publics...

De la maternelle à l’université : toute l’éducation en grève et dans la rue.

Dans l’éducation, les travailleurs-ses de la CNT-FTE (organisés en syndicat unique de la maternelle à l’université), sont en grève pour :

- le retrait des réformes Darcos / Pecresse (suppressions de postes, suppression des RASED, mise en place des EPEP, suppression du BEP, fichages, contre-réforme du Lycée, procédure Admission Post-Bac, LRU, masterisation des concours...)

- la fin des licenciements et du recours à l’emploi précaire, par la titularisation sans condition de concours ni de nationalité, des contractuels, vacataires, AED, AP, CAE, CAV, EVS, AVS...

- un véritable service public d’éducation, sans un centime pour le privé

- l’augmentation des moyens de l’école publique, des salaires et l’amélioration des conditions de travail θ la liberté syndicale et le maintien des droits syndicaux des travailleurs-ses, à la base.

Contre LE TRI SOCIAL, la loi du profit et des patrons... révolution sociale, éducative et pédagogique. Grève générale interprofessionnelle.

Répondre à cet article