unédic encore un peu

unédic encore un peu

Lundi 22 décembre 2008 // Syndicat Interpro

Nous (chômeurs, intérimaires, intermittents, précaires, privés d’emplois, étudiants et salariés actifs) avons bloqué virgin au centre ville pendant plusieurs heures, nous étions environ 200 personnes, peut-être plus...nous avons tracté, parlementé, chanté, crié...et surtout bloqué les 2 entrées au magasin....un 20 décembre !!!!!!!!!!!!

l’action s’est terminée vers 19H, nous sommes repartis, sans qu’aucune intervention des forces de l’ordre n’ait lieu.

voici le communiqué envoyé à la presse (celle-ci a été présente tout au long de l’action : la dépêche et FR3)

voir le prochain RDV de mardi en fin de communiqué

COMMUNIQUE

Nous, chômeurs, intérimaires, intermittents, précaires, privés d’emplois, étudiants et salariés actifs, aujourd’hui occupons un des lieu symbole de la grande distribution. Contents de faire leur bénéfices sur notre dos mais non contents de contribuer a leur devoirs envers nous. Dont l’un des protagoniste emblématique, Mr Geoffrey de Bézieux a gagné le trophée du mépris du droit des travailleurs et chercheurs d’emplois. Cet homme vorace a multi-têtes ne se gêne pas de cumuler des fonctions dont certaines sont pour le moins incompatibles , pour en citer quelques unes :Président de Virgin ,du phone house de Breiz mobil, de la commission Attali qui défend une croissance du mode libérale le plus chevronné, qui préside au conseil de surveillance de PSA et par ailleurs est également président de l’UNEDIC. A quelle sauce allons nous être mangé ?? Nous vous invitons également a lire l’article paru dans l’Humanité du 8 Décembre 2008 dans la section Culture « intermittents de chien »dont entre autre nous lisons de cet monsieur »Mais qu’est-ce que cet annexe( 8)ou l’on indemnise des maçons ! »

Et pour affirmer de façon générale que :

Nous refusons toute diminution de nos droits : durée, montants des indemnisations, et nombre d’indemnisés.

Nous exigeons l’augmentation des cotisations patronales des entreprises au prorata de leurs bénéfices, et une taxation spécifique de l’emploi intérimaire abusif.

C’est au patronat de financer la flexibilité de l’emploi qu’elle exige et non aux salariés de payer par leur précarisation.

Nous nous opposons au démantèlement des droits sociaux, du service public et sanitaire, de la formation professionnelle (AFPA), à la fusion ANPE-ASSEDICS, à la politique de radiation massive.

Nous affirmons notre solidarité avec toutes les luttes sociales en France et dans le monde.

Nous exigeons une meilleure répartition des richesses, et de nouveaux droits sociaux.

N’étant pas suffisamment représentés aux négociations de l’UNEDIC, nous appelons tous les chômeurs, précaires, intermittents et intérimaires à se mobiliser.

Mardi 23 décembre, 10h place des bacheliers

Nos actions ne connaîtront pas de pause

Répondre à cet article