Grève nationale jeudi 20 novembre Parce qu’il est urgent d’agir avant qu’il ne soit trop tard !

Mardi 18 novembre 2008 // Syndicat SSE

grève le jeudi 20 novembre

AG à 10h30 au Mirail
manif à 14h à Arnaud Bernard

L’autosatisfaction et le mépris affichés des ministres de l’Education et de la Recherche révèlent au fil des mois leur parti pris. Il s’agit moins de « réformer » l’école, le lycée ou l’université que de soumettre l’éducation nationale aux lois du marché. S’il y a de l’argent pour les banques, il n’y en a pas pour l’école. Suppression des Instituts Universitaires de Formation des Maitres ; suppression de 13500 postes pour la rentrée 2009, dont 3000 postes d’enseignants spécialisés des Réseaux d’aides pour le primaire ; recours à des emplois précaires, recrutement de personnels à la retraite pour combler les besoins de personnels de vie scolaire ou d’enseignants... Une politique purement comptable motive les décisions ministérielles : il faut en finir avec le service public d’éducation.

Cette logique économique s’habille des oripeaux du « bon sens », du mythe de « l’égalité des chances » et d’une vision fantasmée de la splendeur d’une école du passé.

Ainsi, les « nouveaux programmes » du primaire réhabilite « La Marseillaise », « L’Instruction civique » et les « fondamentaux » des maths et du français. Comme si l’école se résumait au formatage du bon citoyen et aux exercices à répétitions.

La semaine de quatre jours dans le primaire et la suppression de la carte scolaire cachent mal une philosophie discriminatoire : week-ends à la campagne et collèges de centres-villes pour les uns, cités et ghettos pour les autres.

Le « soutien » aux élèves en difficultés, hors du temps de classe, témoigne d’une idéologie réactionnaire. La culture scolaire y est légitimée comme seule clef de la réussite. Et l’échec, malgré cette aide, validera la hiérarchie sociale.

Jeudi 20 novembre, l’ensemble des organisations syndicales, du primaire au secondaire, appelle à une journée de grève. Elle s’inscrit dans une semaine d’actions pour l’éducation. Il serait pédagogique de la reconduire, cette grève !

Répondre à cet article