FUSION ANPE/ASSEDIC : : QUI VA Y GAGNER ?

Section ANPE syndicat santé-social région parisienne

Lundi 4 juin 2007 // Syndicat Interpro

L’instauration du guichet unique ne se limite pas à fusionner l’ANPE et
l’ASSEDIC pour faire des économies de fonctionnement (sur le dos du
personnel), pour l’application drastique de la politique du « payeur
contrôleur » ou, avec plus de démagogie, pour faciliter les démarches
des usagers.

Le LIVRET OUVRIER EST DE RETOUR ! (1)

Elle entérine surtout la mise en place du Dossier Unique du Demandeur d’Emploi (DUDE)
qui permet à tous les professionnels de l’emploi (ANPE/UNEDIC/AFPA/Missions
locales/APEC/OPP...) de partager des informations sur la situation du demandeur d’emploi.
Sur le terrain, des guichets uniques fonctionnent déjà sur l’ensemble des réseaux DDTEFP,
ANPE, ASSEDIC, Maisons de l’Emploi…
Comme le précisait la CGT ANPE dans un tract récent : « Destiné à constituer un fichier
informatique de 10 millions de personnes (tous ceux qui seront passés à un moment ou
l’autre par le chômage, la précarité, l’intérim...) il recensera de façon extrêmement fouillée
les caractéristiques professionnelles, mais aussi personnelles (exemples vécus : gréviste,
arrêts maladie...) de ceux qui seront ainsi mis en fiche ».
Les informations contenues dans le DUDE seront ouvertes aux Opérateurs Privés de
Placement choisis par l’UNEDIC. L’Intérim et les groupements d’employeurs, partenaires
potentiels des Maisons de l’Emploi, pourront bénéficier également de ces renseignements.
Par son autre facette, le DUDE fera un outil idéal aussi pour contrôler les « contrôleurs »
chargés de sa mise à jour. L’accès au « portefeuille » (DE et offres) de tous nos collègues
ne nous fournit-il pas déjà une « commodité » similaire ?
Cet outil ne fait que renforcer les orientations coercitives des politiques de l’emploi,
maintenant, à bien des égards, sous les auspices de Raymond Soubie PDG d’ALTEDIA
(Opérateur Privé de Placement concurrent direct de l’ANPE sur Paris), président du Conseil
d’Orientation pour l’Emploi mais surtout conseiller du Président Sarkozy (notamment dans
le domaines des « négociations sociales ») !
La casse du service public fera donc les choux gras (190 Millions d’Euros !) de certains bien
placés… Quant au retour à l’emploi, il deviendra « rentable » aux dépends des conditions
d’embauche et des salaires.
Qu’ajouter de plus ? Notre quotidien professionnel, nos conditions d’accueil, la précarité
croissante des usagers et de nos collègues, la « posture manageriale »... nous en
démontrent depuis longtemps les conséquences !

Dans un premier temps, avec les organisations CGT, SUD et UNSA
de l’ANPE, la CNT appelle agents et usagers à défendre un service
public de l’emploi indépendant, pour une utilité sociale et non
pour les intérêts économiques de quelques-uns, en se joignant au

RASSEMBLEMENT

PLACE DU CONSEIL D’’ETAT À PARIS

(MÉTRO: : PALAIIS—ROYAL)

à partiir de 14h00,

LORS DE LA JOURNÉE DE GRÈVE DU 8 JUIN 2007

(1) La loi du 12 Avril 1803 instaure un nouveau système de contrôle plus stricte des travailleurs : le livret ouvrier. Elle réaffirme l’interdiction des
rassemblements d’ouvriers et donc l’illégalité des syndicats. Elle fait aussi de la grève un délit. L’ouvrier ne peut quitter un employeur qu’après que
celui-ci eut signé un quitus sur le livret, la signature devant être certifiée par une autorité. Dans les sources de motivation de cette mesure, la
volonté de renforcer la dépendance du salarié vis-à-vis de son employeur et celle d’accentuer le contrôle policier figurent en bonne place.
Le Livret ouvrier ne fut supprimé qu’en 1890.

CNT --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Paris, le 30 mai 2007

Section ANPE syndicat santé-social région parisienne

www.cnt-f..org/sante-social.rp

33 rue des vignolles 75020 Paris

06 20 44 61 93

section.anpe@cnt-f.org


Répondre à cet article

1 Message

  • CGT CNT FO SNU SUD UNSA

    APRES LE 29 MARS, NE LACHONS RIEN

    TOUS EN GREVE LE 8 JUIN 2007

    Après l’immense réussite du 29 mars 2007 – plus de 60% d’agents en grève – nous devons poursuivre et amplifier cette mobilisation.
    Le paysage politique actuel (quelles que soient les issues des scrutins présidentiels et législatifs) est fort inquiétant pour le devenir de l’Agence, les droits des usagers, la défense du Service Public de manière générale.

    Les 6 organisations syndicales décident dès ce jour de déposer un préavis de grève le 8 JUIN 2007 car le compte n’y est toujours pas.
    Après les diverses rencontres avec le directeur général et le ministre, les 6 organisations syndicales continuent d’exiger :
    - L’abrogation du décret.
    - Le respect des missions de l’Agence et la reconnaissance de nos qualifications, ce qui passe par une augmentation des salaires en revalorisant le point d’indice et la grille indiciaire.
    - L’arrêt du « management » par le stress et le pilotage par des objectifs aberrants qui confinent à l’asphyxie.
    - La remise à plat du dossier évaluation.
    - L’arrêt immédiat de tout entretien individuel (dit de reporting, de suivi d’activité,
    managérial,…).
    - Le maintien des pôles appui en ALE.
    - L’arrêt du profilage et d’OCC.
    - L’arrêt de la prospection téléphonique sous traitée.
    - L’arrêt des prétendues innovations du type « cyber-emploi » en Alsace.

    Seule, la satisfaction de ces revendications, que nous porterons devant la nouvelle équipe gouvernementale, pourrait nous amener à retirer le préavis de grève.

    La direction générale continue de mettre la pression sur les collègues en maintenant les objectifs chiffrés et en tentant d’imposer les entretiens individuels. De plus, elle poursuit sa politique de transfert de missions aux opérateurs privés.

    Plus que jamais, les six organisations syndicales soulignent la nécessité absolue de combattre la privatisation de notre Etablissement Public qui doit impérativement rester national.
    Au-delà de ces revendications primordiales, nous sommes confrontés
    à la question même de la survie de l’Agence.

    La journée du 8 JUIN 2007 doit être une nouvelle journée de grève réussie.

    repondre message