Interior’s : mourir au travail !

Décès de notre camarade Noël Michon.

Dimanche 27 mai 2007 // Communiqués confédéraux

Noël Michon , notre ami et camarade, est mort ce matin vers 11H à l’Hôpital Jacques Monod.

Jeudi 24 mai, il était au travail dans les ateliers, dans la zone « chaises » en fin d’après midi. Seul à son poste de travail, il a fait un malaise entre 15H30 et 16H30 et personne ne l’a entendu tomber. Personne n’a vérifié qu’il était parti de l’entreprise bien qu’il n’ait pas pointé sa sortie. Aussi, le lendemain matin, deux camarades le trouvèrent par terre, gisant dans une mare de sang noirâtre, vers 8H30. Il avait passé la nuit, seul, dans un état comateux, sur son lieu de travail.

Dès cette vision cauchemardesque, un camarade mit Noël en position latérale de sécurité, il respirait encore. Il fut transporté d’urgence à l’hôpital. Le soir même, nous n’avions plus beaucoup d’illusions sur l’amélioration possible de son état de santé.

Un vaisseau avait éclaté dans le tronc cérébral, trop de temps s’étaient écoulés entre l’heure du malaise et l’intervention des secours, les dégâts étaient irréversibles.

Toute la soirée de jeudi ,ses enfants l’appelèrent sur son portable. Les hôpitaux et la police furent questionnés. Il ne vint à l’idée de personne que Noël pouvait agoniser dans les ateliers d’Interior’s...

Mardi matin se déroulera une réunion extraordinaire du CHSCT en présence de l’Inspectrice du Travail chargée de l’enquête afin de recueillir des témoignages.

Le syndicat, très diligent, est entré en contact avec l’Inspection du Travail l’après midi même afin de fournir les éléments dont nous disposions et a averti la presse locale.

Nous attendrons patiemment les résultats de l’enquête. Il y a eu mort d’homme et nous ferons toute la lumière sur cette tragédie.Parole d’anarcho-syndicalistes. Les zones d’ombre seront éclaircies.

D’ores et déjà nous savons que l’entreprise va axer sa défense sur une série de concours de circonstances. La faute à pas de chance, qui permet de se dédouaner à bon compte…

Pour la CNT, nous attaquerons la faute inexcusable de l’employeur. Comme d’habitude deux positions diamétralement opposées.

Pour rappel, Noël a été le premier Délégué Syndical CNT chez Interior’s à l’époque des procès à répétition que nous subissions. Depuis il avait été élu Délégué du Personnel CNT ainsi que d’autres camarades, une fois deux ans et la dernière fois pour quatre ans.

Aucun accident mortel sur le lieu de travail n’est banal mais celui-ci nous affecte particulièrement.

Le syndicat a présenté ses condoléances à sa famille, notamment à sa sœur et à ses quatre enfants âgés respectivement pour ses filles de 7 et 12 ans et pour ses garçons de 18 et 21 ans.

Le syndicat suivra l’affaire du début jusqu’à la fin et aidera ses enfants notamment dans les démarches juridiques.

La CNT sera présente massivement aux obsèques de Noël Michon, mort ce jour dans sa quarante cinquième année.

Noirs de tristesse. Rouges de colère.

Au Havre, le samedi 26 mai, 15h

CNT Interpro 76

Répondre à cet article