La hiérarchie multiplie les sanctions et pressions envers les militants. Ne nous laisserons pas faire !

Communiqué de la CNT-FTE

Samedi 19 mai 2007 // Syndicat SSE

Le climat sécuritaire et l’idéologie réactionnaire qui règnent en France se traduisent par une violente offensive de la hiérarchie de l’Éducation Nationale et de l’Enseignement Supérieur contre ceux qui refusent de se conformer à la pensée libérale, au moule pédagogique ambiant, ou qui prétendent exercer librement leur droit syndical et leur liberté d’expression.

De Roland Veuillet à Florence Goosens, en passant par Erwan Redon, Yacine, Didier Goncalves, les suspensions, conseils de discipline, exclusions, déplacement d’office à l’autre bout de la France, tout est bon pour faire taire ceux qui refusent de fermer les yeux sur l’injustice sociale, les pratiques autoritaires de leurs chefs, les expulsions de leurs élèves, les mises au pas pédagogiques, la généralisation du fichage et de la surveillance. En un mot tous ceux qui refusent de se laisser museler.

La CNT-FTE rappelle son soutien à tous ceux qui luttent contre les conditions d’existence qui nous sont imposées et pour un autre monde. Leur combat est aussi le nôtre, et les sanctions qui les frappent nous concernent tous, elles ne font que renforcer notre volonté d’exercer nos libertés d’expression, syndicales et pédagogiques. Nous exigeons la levée de toutes les sanctions et procédures disciplinaires contre nos camarades.

Un coup contre l’un d’entre nous est un coup contre tous. Solidarité !

Fédération des Travailleurs de l’Éducation - Confédération Nationale du Travail

Répondre à cet article