PPAE, la machine à radier à l’ceil

Dimanche 18 février 2007 // Syndicat SSE

Confédération Nationale du Travail /
Fédération CNT santé-social-FPT 33, rue des Vignoles 75020 Paris / Coordination CNT Missions Locales Jeune - cnt.mlj@cnt-t.org

PPAE, la machine à radier à l’ceil

Quand les MLJ militent pour le MEDEF et ses sbires syndicalo-politiques

Au 1er Janvier 2006, le PARE-PAP (Plan d’Aide au Retour à l’Emploi / Projet d’Action Personnalisé de Seillrére-Notat) de 2001 donne naissance au PARE PPAE (Projet Personnalisé d’Accès à l’emploi) le 18 Janvier 2006 avec toujours les mêmes complices du contrôle social des chômeurs pour les conventions UNEDIC : le MEDEF-CFDT-CFTC.

Le CNML (Conseil Nat. Des Missions Locales représenté par Françoise de Veyriras – UDF), dont l’UNML (les employeurs du secteur), engagent le réseau des Mission Locales dés le 29 Juin 2006 dans le PPAE. Le revers de médaille de l’Intronisation législative du réseau des MLJ dans le plan Borloo ne tarde donc pas à se faire sentir.

On rase gratos pour le patronat et l’UMP-UDF

Les MLJ se doivent donc d’encaisser un dispositif 6 fois plus lourd qu’auparavant (500% de travail en +) sans compensation en terme de postes ou de financement (+ 4 à 596 de subvention).On voit donc bien que les moyens du suivi individuel sont au rendez-vous ! Comble du cynisme, les demandeurs d’emploi Indemnisés (une petite minorité) payent pour les non-indemnisés, le financement n’étant uniquement assuré que par les cotisations chômage de salariés. Le gouvernement se frotte les mains !

A plusieurs reprises les agents ANPE ont déjà fait grève en 2006 contre l’in strumentalisation de l’ANPE et de ses agents.

Du PARE-PAP au PPAE, de l’entretien semestrielle à l’entretien mensuel obligatoire. ce sont bien les salariés qui supporteront SEULS le poids de ces conventions foireuses. Dés lors. la chargede travail augmente sans moyens conséquents et des postes sont déjà retirés ici et là au dépend de l’accueil général, du CIVIS (a dispositif d’accompagnement destiné au moins de 25 ans) et donc de la qualté d’écoute. Le recul est considérable !

Pour les salariés, c’est donc plus de flexibilité. Ils apprécieront donc d’être devenus des instruments pour de base besognes vouées à la baisse préélectorale des statistiques du chômage.

Le PPAE consacré au contrôle des chômeurs, à la baisse artificielle et statistique du chômage à la veille d’échéances électorales, n’est autre que logiques de culpabilisation et de criminalisation des chômeurs, pendant que les tenanciers du CAC 40 se gavent tranquillement comme jamais. D’ores et déjà Incapable d’assurer l’attention minimale à chacun, l’ANPE convoque mensuellement les chômeurs collectivement... du contrôle à la perte totale de sens !

Des statistiques éclairées révélent déjà que seulement 20% des sorties DE (sortie des listes de demandeur d’emploi) sont des reprises réelles à l’emploi (cf site net d’AC !).

Nous ne sommes pas les militants UMP-UDF ! Mais bien des conseillers d’intérêt commun au service des jeunes toujours plus en difficulté. N’en déplaisent aux serviles employeurs des MLJ qur ont accepté les conventions PPAE avec l’ANPE !

L’identité d’intervention des MLJ bradée, instrumentalisée, voire... détournée

A ce point Instrumentalisé, le réseau des MLJ n’est pas capable d’assurer qualitativement le suivi et l’approche globale des jeunes qui lui est propre De la co-traitance à la sous-traitance. Demain des opérateurs privés australiens ou suédois feront mieux que nous dans le contrôle et la radiation

Quelle spécificité pour les Missions locales ? Bientôt aucune ! Instrument du contrôle social, comme les autres !

La CNT appelle les salariéEs et militantEs syndicalistes du secteur à :

- Se mobiliser face au PPAE et à opposer leur refus auprès de leur employeur/ses contre les « conventions » ANPE ;
- Refuser d’être les instruments de la baisse artificielle du chômage pour la campagne électorale UMP ;
- S’unir vers un mouvement de grève nationale pour la défense d’une intervention qualitative des MU dans l’intérêt des jeunes et des demandeurs d’emploi

Répondre à cet article