Émile Pouget. 1906, le congrès syndicaliste d’Amiens

Samedi 2 septembre 2006 // Nouveautés dispo au CHATNOIR

144 p., 15 €

LLe lundi 8 octobre 1906, en présence de 300 délégués ouvriers, s’ouvre à Amiens le IXe Congrès de la toute jeune CGT, qui, après des débuts peu encourageants, a tiré le plus grand profit de son unification, en 1902, avec la Fédération des Bourses du travail. Après une semaine marquée principalement par la discussion d’une motion visant à l’établissement de relations permanentes entre la CGT et le Parti socialiste récemment unifié, il se clôt le 13 octobre par le vote à la quasi-unanimité de l’ordre du jour présenté par le secrétaire général de la centrale, Victor Griffuelhes. La résolution, très caractéristique de la doctrine du syndicalisme révolutionnaire, sera qualifiée quelques années plus tard de « charte » d’Amiens, et c’est sous ce nom qu’elle passera à l’histoire.

Dans le présent texte, on trouvera les principaux épisodes du Congrès d’Amiens rapportés par un témoin et acteur privilégié, Émile Pouget, secrétaire adjoint de la CGT et responsable de l’hebdomadaire confédéral, La Voix du Peuple. Le texte, paru quelques semaines seulement après la clôture du Congrès d’Amiens, dans Le Mouvement socialiste, la revue animée par les intellectuels proches des milieux syndicalistes révolutionnaires, n’avait jamais été publié depuis. C’est pourquoi nous sommes d’autant plus heureux de pouvoir le mettre à la disposition des lecteurs d’aujourd’hui, présenté et annoté, à l’occasion du centenaire du Congrès d’Amiens.é.

Répondre à cet article