juke-punk.com

premier serveur français de zike Punk

Vendredi 19 mai 2006 // CONTRE CULTURE

Juke-Punk.Com , premier serveur français de zike Punk

A l’heure où les (la ?) grosses majors chialent à qui veut par confort les entendre leurs plus belles larmes de crocodiles (il faut dire que l’illusion est leur métier, reconnaissons-leur ça) au sujet des méchants pirates qui font rien qu’à les embêter, alors que tout bilan comptable fait, comme à Renault Vilvoorde, ils se rejouissent de trouver une aussi belle excuse à leurs restrictions budgétaires et licenciements et à leur incapacité à faire vivre et promouvoir un semblant de culture, main dans la main avec les tenants du tout sécuritaire et des effrayés de l’Autre, les obsédés du mur et des portes fermées, eux aussi ravis de ces mensonges acceptés pour placer leurs lois propriétaires telles la LEN.

A l’heure, disons-nous, où le great rock’n’roll swindle dépasse la fiction, il ne faut pas oublier, et c’est même un devoir de resistance culturelle de première nécessité, que la culture ne se fait pas dans les tiroirs caisses, et que non, ce n’est pas l’échange et le partage qui est l’ennemi mais le vol et la propriété (les deux faces d’une même pièce). Car il ne faut pas se méprendre au ryrthme des tubes du hit-parade du discours inversé : Les majors, la SACEM sont les mêmes bienfaiteurs que les maffiosi qui rackettent en échange d’une "protection" contre eux-mêmes. C’est comique, et pour pouvoir encore et toujours en rire, comme une bonne blague, il est important de créer des espaces où vit la culture comme elle ne peut qu’être : par l’échange et le partage, en liberté, pas dans des comptes en banques verrouillés. Nous sommes la culture, ils sont le spectacle. Nous avons raison.

Le juke-punk s’inscrit en action dans cette reflexion : ce serveur met pour qui le désire à la disposition du plus grand nombre et gratuitement des fichiers musicaux en libre écoute et libre telechargement. L’expérience ne vaut que par l’accord actif des groupes.

Bob le Homard
Erick Propagande
Nono le Hool’s

Répondre à cet article