Les syndicalistes CNT interdits à La Poste

Jeudi 4 mai 2006 // PTT

Les syndicats CNT PTT et notre fédération syndicale viennent de se voir interdire tous droits d’expression a La Poste en vertu d’un accord signe par la direction nationale de La Poste et 5 fédérations "syndicales" (FO, CFDT,UNSA, CFTCet CGC). Deux fédérations (CGT et SUD) n’ont pas signe cet "accord" mais n’ont pas oppose leur droit "de veto", ce qu’elles pouvaient faire légalement étant majoritaires a elles deux a La Poste. Notre fédération qui date de l’immédiat après guerre et nos syndicats CNT PTT pouvaient depuis des années, jusqu’à ces dernières semaines afficher, distribuer des tracts, prendre la parole etc... dans les centres de tri ou les bureaux de Poste et de distribution. Aujourd’hui plus rien et nous voilà de fait "clandos". Les panneaux d’affichage CNT ont par exemple été retirés par la direction sur le centre de distribution a Tours. Et ailleurs c’est pareil. Tous les syndicats CNT PTT sont concernés et la chasse aux militants cénétistes a déjà commence. Comment vont réagir les militants syndicaux de base de la CGT et de SUD epris de liberté d’expression syndicale et les sections locales avec qui nous luttons tous les jours ? On attend.

Cet "accord", déjà applique, ne vise pas simplement a interdire de fait la CNT mais aussi à réglementer la pratique syndicale et revendicative du personnel en interdisant en gros : les piquets de grève, les occupations de locaux et en justifiant la criminalisation des "débordements" sociaux (au moins deux conflits à La Poste ont vu l’intervention des GIGN et autres GIGN ces derniers temps : au centre de tri de Bordeaux Begles et à Rennes) au profit d’une pratique syndicale de "concertation".

Qu’ est ce qui a pu pousser des organisations syndicales a signer un tel accord et d’autres a ne pas empêcher son application : un élément de réponse, la pratique managériale du "donnant-donnant" des dirigeants de La Poste (comme dans tant d’autres organismes ou entreprises) prévoit des contre-parties : plus loin, dans "l’accord" en question, est énuméré toute une série de mesures visant à permettre la promotion professionnelle et le déroulement de carrière des permanents syndicaux. Joli deal, n’est-ce-pas ? ! ! ! A quand une nouvelle Charte du Travail, régissant des syndicats pyramidaux (ou plutôt des "corporations") comme sous Pétain ?

Syndique ou non, vous pouvez témoigner de votre solidarité et de votre refus du bannissement de la liberté syndicale à La Poste (d’autres secteurs professionnels pourraient bien, dans le service publique , subir le même sort).

S., adhérent syndicat CNT PTT à Tours

Répondre à cet article