anarlivres

site bibliographique des ouvrages anarchistesc ou sur l’anarchisme en français

Mercredi 3 mai 2006 // Liens

http://anarlivres.free.fr/

Il faut être fou pour engager un tel pari : constituer une bibliographie des ouvrages anarchistes ou sur l’anarchisme en français ! Pensez que Proudhon - l’un des pères ou grand-pères de l’anarchisme ! - fait paraître « Qu’est-ce que la propriété ? » en 1840. Combien d’ouvrages ont été édités depuis ? Et le nombre de rééditions complètes ou partielles, sous forme de brochure, y songez-vous ? Plusieurs auteurs, très sérieux, vont même chercher des précurseurs dans les temps plus anciens, jusque dans l’Antiquité.

Qui t’es toi ?
Pour tout agrémenter, je ne suis ni historien professionnel ni universitaire, mais un simple militant bibliophile. J’ose ainsi, bien modestement, marcher sur les traces de Max Nettlau qui commit en 1897 le premier ouvrage sur ce sujet (« Bibliographie de l’anarchie »). Hélas ! ce n’est qu’un « brouillon », rien à côté de sa monumentale « Histoire de l’anarchie » (en langue allemande, non traduite en français). Elle comprend 7 volumes, plus de 3 000 pages (2 tomes encore inédits). Au cours des années 60, Hem Day a apporté de nombreuses pierres à l’édifice bibliographique, mais de façon partielle. Jean Maitron, lui, avec le « Mouvement anarchiste en France », a livré une intéressante liste des ouvrages (livres, périodiques, brochures) édités de 1880 à 1972. Et depuis, plus rien ?

Retour aux sources...
Si ! René Bianco a présenté en 1987 une magistrale thèse portant sur « Un siècle de presse anarchiste d’expression française (1880-1983) ». Ouvrage indispensable, riche en informations, particulièrement fiable, mais qui n’a pas été édité. Thierry Maricourt, en 1990, a livré une très intéressante « Histoire de la littérature libertaire en France ». Des centres de documentation sont présents sur Internet. Citons le Centre international de recherches sur l’anarchisme (CIRA) de Lausanne, celui de Marseille, l’Institut international d’histoire sociale d’Amsterdam et le Centre d’histoire du travail (Nantes) (voir liens). Que ceux que j’ai oublié me pardonnent et se signalent pour réparer l’erreur.

Soyons exhaustifs et pas sectaires !
Pour construire ce site, j’ai principalement utilisé les catalogues des publications conservées par le Centre de documentation anarchiste de la Fédération anarchiste, l’Institut français d’histoire sociale et le CIRA de Lausanne. J’ai négligé volontairement les périodiques, estimant trop le travail de René Bianco pour avoir l’audace de seulement espérer le rivaliser. N’ayant pas vocation de censeur ou de maître ès anarchies pour désigner qui mérite ou non de figurer sur les tablettes, j’ai essayé d’être le plus complet possible. Mais certains problèmes sont apparus, j’ai dû faire des choix, discutables peut-être, et que l’on peut donc discuter !

Manifestez-vous !
C’est avec beaucoup d’humilité que je commence ce travail, sachant que des oublis, des inexactitudes, des imprécisions demeurent. Car l’intérêt d’un tel site bibliographique est de pouvoir évoluer, s’enrichir, se compléter... grâce à l’aide de tous. Alors, manifestez-vous, tapez de l’e-mail (ou du courriel) sur la table en signalant les grosses ou les petites bêtises. Cette œuvre ne peut être que collective !
D’avance, je vous en remercie.

Pascal Bedos (février 2001)

Répondre à cet article