Trois millions de raisons de continuer !

Paris, le 29 mars 2006 :

Mercredi 29 mars 2006 // Communiqués confédéraux

Trois millions de manifestants ce mardi 28 mars ! Et c’était un jour de semaine...soit trois millions de grévistes ! Les salariés du public comme du privé ont su se mettre en grève pour être nombreux à exprimer haut et fort leur rejet du CPE et au-delà, de la précarité.

Et Monsieur de Villepin reste inflexible. Il ne s’agit plus de croire qu’il fait le sourd. Comment être sourd à ce raz de marée ? Que dit Monseur de Villepin, en clair ?

Que les moyens de grève sont illégitimes et que la grève est dépassée...Que peu lui importe l’ampleur de la protestation populaire. Que quel que soit le nombre des grévistes, ils seront toujours quantité négligeable.
De fait, il prend le risque d’affirmer que seul compte le vote d’une loi par une poignée de députés, lesquels, on le sait bien, n’ont de cesse de précariser davantage les travailleurs, obsédés par leur volonté de renforcer l’exploitation capitaliste. D’ailleurs, ce mépris s’affiche dans la seule réponse concrète qui est adressée à la jeunesse : des centaines d’interpellations, des centaines de garde à vue, des peines de prison et des violences policières. Nous les dénonçons toutes.

Alors, que reste-t-il aux trois millions de grévistes du 28 mars après ce record de mobilisation dans la grève ?
A faire savoir au premier ministre et à tous les gouvernements que la légitimité des travailleurs n’est pas une simple rhétorique ! Que les moyens de production sont entre nos mains. Que les trains, les écoles, la nourriture, les bâtiments, les livres, et tout ce qui fait leur quotidien de ministres, n’est pas l’effet d’un clic d’ordinateur mais le fruit du labeur de millions de salariés. Il semble que le premier ministre, depuis sa tour d’ivoire, l’ait oublié.
A nous de le lui rappeler ; bloquons le pays !
Puisque personne ne travaille à notre place, que personne ne décide à notre place !

La CNT appelle l’ensemble des salariés, des chômeurs, des précaires et des sans-papiers à rejoindre les étudiants et les lycéens dans la grève en participant aux assemblées générales, pour que secteur par secteur, nous construisions, à la base, la grève reconductible. Elle salue aussi la mobilisation exemplaire de la jeunesse.

Pour le retrait de la "loi sur l’égalité des chances", pour le retrait du CPE et du CNE, grève générale !

Répondre à cet article