Un manifestant de SUD PTT dans le coma depuis samedi 18 mars, lors de la dispersion de la manifestation par la police à Paris

Mardi 21 mars 2006 // Communiqués confédéraux

Paris, le 21 mars 2006 :

Confédération Nationale du Travail
Bureau Confédéral
Secrétariat médias
medias@cnt-f.org

La CNT exprime son inquiétude concernant l’état de santé de Cyril,manifestant de SUD PTT, hospitalisé à l’hôpital Henri Mondor (Créteil), dans le coma, depuis qu’il a été sauvagement lynché à terre par une trentaine de CRS, lors de la dispersion de la manifestation, place de la Nation à Paris, samedi 18 mars.
Dans son communiqué daté du 19 mars, la CNT, dont des militants se trouvaient sur place au moment des faits, faisait état de la brutalité de la police et de cette agression, qu’elle considérait déjà comme une exaction policière.
Notre inquiétude n’a d’égal que notre révolte : que Cyril soit à terre, qu’il n’ ait, comme la plupart des centaines d’interpellés de ces derniers jours, manifesté aucune agressivité envers les CRS, mais affiché sa détermination en manifestant, ne fait que renforcer notre détermination à combattre, dans la grève, toutes les violences ; celles
de la police, celles de l’Etat, celles du patronat.
La CNT exprime sa peine et sa solidarité à Cyril et à sa famille dans cette terrible épreuve.
L’impunité de la police n’a que trop duré. La CNT n’a de cesse de dénoncer les violences policières à chaque mouvement social. Aujourd’hui encore, l’entêtement et l’autisme du gouvernement pour maintenir le CPE et la "loi pour l’égalité des chances" coûte que coûte relèvent du coup de force. Pour nous, les limites du supportable sont dépassées depuis
longtemps.

Répondre à cet article