Pourquoi adhérer ?

Mardi 17 janvier 2006 // Syndicat SSE

La Confédération Nationale du Travail essaie de développer un syndicalisme différent car le syndicalisme a pris de mauvaises habitudes : institutionnalisation, paritarisme, corporatisme, perte du sens de la solidarité. Éblouis par le miracle économique, les salariés ont progressivement laissé des spécialistes de la négociation gérer leurs intérêts à leur place. Les employeurs, eux, étaient trop heureux d’avoir affaire à des professionnels du syndicalisme plutôt qu’à des salariés toujours plus turbulents et imprévisibles... Et puis crac ! Le chantage à la "crise", le retour en force du libéralisme, la fin de l’État-providence et voici où nous en sommes : coupure de la société entre chômeurs et précaires d’un côté, salariés de l’autre

C’est pourquoi nous pensons que le syndicalisme doit redevenir ce qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être : révolutionnaire, c’est-à-dire porteur d’un projet pour une société plus juste, plus égalitaire, plus libre... Aussi, pour l’immédiat la CNT propose-t-elle une pratique syndicale qui dépasse la cogestion frileuse de la société telle qu’elle est. Il s’agit, bien entendu,de défendre les intérêts immédiats des salariés. Mais il s’agit aussi d’ébaucher dès maintenant un autre futur, en adoptant une méthodologie syndicale en rupture avec les schémas hiérarchiques qui régissent notre présent.

La CNT c’est l’effort militant à la place de la bureaucratisation ; c’est la solidarité interprofessionnelle à la place du corporatisme ; c’est un syndicalisme libre de toute interférence politique. Comme tous syndicat reconnu, la CNT dispose de droits. Elle utilise tous les moyens d’expression mis à sa disposition : tracts, panneaux syndicaux, réunions d’informations. Dans les centres où elle dispose d’une forte implantation, elle peut disposer de locaux. Elle intervient régulierement à tous les niveaux de direction, soit par courrier soit au cours d’audiences. Elle utilise toutes les procédures, en tant que défenseur, pour soutenir les travailleurs devant les tribunaux "maisons" (conseil de discipline, CAP), tribunaux administratifs et Conseil d’Etat.

Les sections syndicales et les syndicats locaux disposent d’une totale autonomie dans le cadre de nos statuts.

Rejoindre la CNT, c’est déjà agir : la multiplication des sections et syndicats départementaux est une nécéssité incontournable pour le développement des luttes comme de notre syndicat.

Combien cotiser ?

Dénoncant les éléctions de représentativité et les avantages en permanents et moyens financiers qui en résultent, la CNT dépend donc uniquement des seules cotisations de ses adhérents. C’est la garantie de son indépendance.

Ce n’est pas dans les salons des Ministres, Sièges et Directions que les travailleurs feront avancer leurs revedications, c’est par l’action et la lutte ! Le montant de l’adhésion se calcule sur la base de 1% du salaire net, comme d’autres confédérations.

Pour les étudiantEs, chômeurs ou précaires, la cotisation s’élève alors à 6€ par mois. En cas de difficultés, les cotisations peuvent être reportées.

Comment adhérer et militer ?

La première démarche à effectuer, c’est de remplir ce Formulaire de contact. Dès que tu as adhéré formellement, tu disposes d’outils et surtout de l’aide des camarades du syndicat. Si, pour une raison ou une autre, tu hésites à adhérer, tu peux aussi recevoir des tracts, des affiches ou la presse syndicale. Contactes-nous sans hésiter.

Si tu es seul(e) de la CNT, voire seul(e) syndiqué(e) de ton bahut ou de ton école, il t’appartient de participer à la vie de ton syndicat (réunion mensuelle, assemblée générale, formations, commissions spécifiques, par exemple : commission femme, commission antimilitariste). C’est une démarche indispensable, mais il peut arriver que ta situation personnelle ou géographique, ne te permette pas de rencontrer régulièrement les camarades de ton syndicat : dans ce cas, il te faudra trouver des modalités qui te permettent de prendre part aux décisions collectives.

Pour commencer, tu as intérêt à te faire nommer délégué(e) syndical(e) : c’est le syndicat, en tant que structure de la CNT et en tant qu’entité juridique qui te nomme formellement auprès de l’administration en tant que représentant(e) (pas forcément unique) du syndicat : cela te permettra d’obtenir et d’exercer plus facilement tes droits syndicaux dans l’Éducation nationale et plus largement dans la Fonction publique (dans les structures de droit privé, ce sont d’autres procédures qui s’imposent).

Te voilà prêt(e) pour devenir le (la) super syndicaliste de ton bahut ! Il te faut maintenant les outils pratiques et juridiques pour te lancer. Tu es délégué(e) syndical(e) (ou tu milites au sein de ta section), c’est-à-dire que tu es mandaté(e) officiellement par le syndicat et tu disposes de droits. Il ne s’agira pas de rentrer ici dans le détail des textes et procédures mais de te donner un aperçu juridique et pratique.

- Affichage des documents d’origine syndicale : la CNT a droit à ses panneaux syndicaux dans les différents services, par exemple pour un collège ou un lycée, en salle des profs (personnels enseignants et éducatifs) et en salle de repos des ATOS (personnels de service, technique et de santé). L’administration ne peut pas s’opposer à l’affichage d’un document sauf injures et diffamations (formulaire-type de demande de panneaux disponible).

- Réunions syndicales : en dehors des heures de travail, la CNT peut tenir des réunions statutaires ou d’information dans les locaux de l’établissement. Il faut en informer au préalable l’administration. Pendant les heures de service, la CNT a la possibilité de déposer une heure mensuelle d’information. La durée de cette dernière ne peut excéder une heure. Les modalités sont expliquées en détail dans un texte publié par la fédération.

- Distribution de documents d’origine syndicale : tout document émanant d’une organisation syndicale peut être distribué dans les locaux administratifs, mais cela ne doit pas perturber le fonctionnement du service et ne concerner théoriquement que les personnels. Ces distributions doivent être assurées hors des heures de service de l’agent.

- ASA (autorisation spéciale d’absence) : comme toutes les organisations syndicales, la CNT dispose d’ASA qui permettent aux mandaté(e)s du syndicat de participer aux réunions des organismes directeurs ou aux congrès locaux ou nationaux. Les circulaires internes de la fédération proposent des demandes type à utiliser principalement au moment des congrès.

- Droit de grève : le droit de grève dans la Fonction publique est limité par des textes. Il faut retenir qu’il est obligatoire de déposer un préavis de 5 jours francs qui précise les raisons et les personnels concernés. Il ne faut jamais partir seul en grève et toujours consulter les camarades du syndicat sur les modalités pratiques et juridiques. Une brochure spécifique a été éditée par la fédération éducation : on y trouve les textes réglementaires, une discussion sur l’exercice du droit de grève, un texte intitulé "AG, mode d’emploi", des communiqués de presse types, des textes sur les aspects pratiques et tactiques de la grève, etc.

Pour conclure, cette petite liste d’outils à ta disposition, tu dois savoir que le syndicat est le lieu privilégié pour acquérir de l’expérience et pour s’entraider. Au sein de celui-ci, ainsi qu’à la fédération, tu disposeras d’outils, de publications, guides et brochures, documentation juridique. Tu trouveras également des infos sur le site de la CNT. Tu peux également t’abonner à des listes de discussion et d’échange. En principe, te voilà rassuré(e), tu ne pars tout(e) seul(e) sur le front !

Répondre à cet article