UNITE ACTION AUTOGESTION

face au CPE CNE à la misère et la précarité

Mercredi 15 mars 2006 // Contre la précarité

2 mois que les étudiantEs et les lycéenNEs ont enclenché la lutte contre le CPE ( Contrat Première Embauche ), version "jeune" du CNE ( Contrat Nouvelle Embauche ), adopté dans une indifférence inquiétante en Août 2005.

2 mois que que les étudiantEs et les lycéenNEs s’auto-organisent, décident en Assemblées Générales, manifestent, occupent, luttent au quotidien sans fléchir. Des pratiques de démocratie directe dans lesquels la CNT se retrouvent complétement, et que nous avons d’ailleurs toujours revendiqué.

Pourtant... les étudiantEs et les lycéenNEs sont bien seulEs alors que les contrats CPE et CNE sont des attaques flagrantes contre le droit du travail et précariseraient un peu plus l’ensemble des salariéEs. Pas simplement les jeunes ! mais nous TOUS et TOUTES. Alors, certes, les 2 journées de mobilisations ( le 07 Février06 et le 07Mars06 ) qui ont abouti avec bien des difficultés à des journées de grève ont rassemblé énormément de monde [ 50 000 à Toulouse / 1 millions en Fr. ] démontrant s’il en était encore besoin le refus d’un sytéme [ LE CAPITALISME ] basé sur la précarité grandissante, l’exploitation des individuEs et les inégalités sociales.

Mais, être nombreux dans la rue ne suffit pas ! En 2003, contre la casse du systéme desretraites, nous étions 2 millions dans les rues. Enormément de monde, encore, mais l’ETAT n’a pas reculé. Et pour cause... "une journée de grève ne suffit pas !" comme la CNT le répete réguliérement. Ce n’est pas non plus sur les permanents et les bureaucrates syndicaux, qu’ils nous faut compter pour enclencher cette grève générale, seule capable de faire fléchir la mafia MEDEF et ses zélés serviteurs.

c’est nous qui produisons, c’est nous qui décidons !
Divisé, il nous sera donc bien difficile d’obtenir le retrait du CNE/CPE, sauf à provoquer le ras de marée ANTI-CIP de 1994. C’est en touchant aux portes monnaies des patrons, en bloquant la production et la machine capitaliste, en leur rappelant que c’est nous qui produisons les richesses que ce gouvernement arrogant reculera. Sur TOULOUSE par exemple, AIRBUS n’est il pas le plus gros pourvoyeur de contrat précaires sur la région ? Une grève ou un blocage organisée du site plutôt qu’une marche sur les boulevards provoquerait trés certainement, "une écoute attentive soudaine" à la volonté populaire .... Et il ya beaucoup d’autres exemple !

Il est donc plus qu’urgent de nous atteler à créer les conditions d’une grève interprofessionnelle reconductible. En commençant, tout d’abord, par ne pas céder au fatalisme et par se prendre en main pour rejoindre [ tous les Mardis et Jeudis ] les cortéges ANTI CPE/CNE sans attendre aprés d’hypothétiques appels des directions syndicales. C’est l’effort cumulé de chacunE d’entre nous, c’est l’esprit de responsabilité de chacunE qui est aussi important pour retrouver une véritable solidarité et une unité de classe. Nous n’aurons que ce que nous prendrons !

Gagnons le retrait du CPE/CNE et soyons certainEs que cette première brique retirée à l’édifice CAPITALISTE, en entrainera d’autres. Renouons, avec des luttes offensives ! Recréons une véritable unité syndicale, à la base sans intermédiaires, ni bureaucrates ! Construisons l’arme de la grève générale. Certe, c’est ambitieux, mais c’est la seule alternative pour abolir l’exploitation, le chômage et la précarité.

L’UL CNT apelle à la manifestation et à la grève de :
- Jeudi 16 Mars 2006
à 14h30 place Jeanne d’Arc/Arnaud Bernard
- Samedi 18 Mars 2006
à 10h30 place Jeanne d’Arc/Arnaud Bernard

Répondre à cet article