Solidarité avec les postiers du 33

Mercredi 6 juillet 2005 // PTT

Nous relayons l’appel de la fédération CNT-PTT, car cette
histoire dépasse pour nous le cadre de la POSTE et
s’incrit dans la résistance de la casse généralisée des
services publics.


Avec les 14 syndicalistes PTT de Bégle, aujourd’hui
inculpés pour s’être opposés au démantelement de
la POSTE, mobilisons nous !


Ils se battent pour nous ! Nous devons répondre présentEs
face aux menaces qui pésent sur eux.
TOUS et TOUTES SOLIDAIRES dans la lutte !
Dans l’unité INTERPROFESSIONNELLE !



LycéenNEs, postiers, usagerEs...etc...TOUS ENSEMBLE !



Pour celles et ceux qui ne peuvent se rendre à Paris.
RDV Jeudi 7 Juillet 2005 devant la DOCT (169 bd
des Minimes) à TOULOUSE dés 9h00.



CONFEDERATION NATIONALE DU TRAVAIL

Fédération des syndicats CNT - PTT

33 rue des vignoles - 75020 Paris

tél. : 01 43 72 09 54 - 06 16 52 79 73 fax : 01 43 72 71 55

Site : http://www.cnt-ptt.org



CONTRE LES CONSEILS DE DISCIPLINE DE LA HONTE : LES 7 ET 8 JUILLET, TOUS ET TOUTES EN GREVE !



Jeudi 7 et vendredi 8 juillet auront lieu les conseils de discipline de 6
militants syndicaux SUD et CGT du centre de tri de Bordeaux, suivis le
mercredi 20 juillet du conseil de discipline de Fabrice, contractuel et
délégué syndical à Bordeaux CTC. Au total ce sont 14 syndicalistes mis en
retrait de service. Ils sont accusés d’entrave à la liberté du travail, à
la circulation des biens et des personnes et l’un d’entre eux est même
accusé d’avoir tenté d’empêcher le déroulement de l’enquête disciplinaire
 ! Ils risquent tous la révocation (licenciement pour le camarade
contractuel) alors qu’ils n’ont commis aucune faute professionnelle ni
même le moindre écart de comportement à l’encontre des cadres de Bordeaux


CTC. Les trois premiers collègues passent en conseil le 7 juillet à partir
de 08h00 et trois autres le 8 juillet à partir de 08h00 également (CAP
nationale). Quant au délégué syndical CNT, il passera seul en conseil de
discipline (CCP) le 20 juillet à 16h45 à la DOTC Aquitaine : la boîte va
truquer ce conseil et veut en faire un peloton d’exécution.


Les syndicats CGT, CNT et SUD ont déjà largement démontré que la pseudo
séquestration des cadres à Bègles n’était qu’une scandaleuse machination
de la boîte (les cadres ont refusé de s’alimenter d’eux-mêmes et d’aller
aux toilettes afin de pouvoir prétendre avoir subi un mauvais
traitement...). Le juge des référés du tribunal de grande instance de
Bordeaux a d’ailleurs débouté La Poste de sa plainte le 27 mai 2005 à
l’encontre des militants syndicaux mais l’instruction judiciaire est
toujours en cours.


Dans un contexte de fermetures des centres de tri remplacés par des
casernes postales type Gonesse CTC, de restructurations de toutes les
distris avec suppressions d’environ un quart des tournées à chaque coup et
" désimbrication " des départs et des messageries, de dégraissage massif
des guichets avec mise en place quasi-obligatoire de la polyvalence, La
Poste veut frapper très fort et entend délivrer un message clair à
l’ensemble du personnel. En attaquant aussi durement des syndicalistes,
elle affirme sa volonté de mettre au pas le personnel, d’étouffer toutes
velléités de résistance chez celui-ci. Les postiers savent bien
aujourd’hui que les menaces et les chantages se font de plus en plus
lourdement sentir sur leur quotidien, que la seule démocratie dans
l’entreprise consiste à accepter sans discussion tout ordre de la
hiérarchie.



De plus, que ce soit envers notre camarade Kamel Belkadi emprisonné pour
avoir soi-disant mis le feu à l’usine DAEWOO de Longwy en 2003 alors que
son PDG multi-milliardaire était recherché par Interpol, où envers les 165
lycéens mis en garde-à-vue près de 40 heures pour l’occupation en avril
d’une annexe du rectorat de Paris dont certains ont récemment écopés de
lourdes sanctions pénales, rarement le gouvernement n’avait été aussi
agressif et répressif envers les mouvements sociaux.
A La Poste, l’enchaînement des conseils de discipline pour tout et rien,
ne traduit que la volonté de reprendre fermement en main le personnel afin
de l’écrase sous le poids des restructurations, des suppressions d’emplois
et d’une charge de travail énorme.
Contre les nouveaux directeurs de chocs de La Poste et contre ce
gouvernement de combat qui veut casser les conventions collectives et le
Code du Travail, il nous faudra une grève générale illimitée, nationale,
forte et massive seule à même capable de contrer l’offensive libérale.


CONTRE LA REPRESSION ET LES RESTRUCTURATIONS



Les 7 et 8 juillet : TOUS ET TOUTES EN GREVE ! TOUS ET TOUTES AU
RASSEMBLEMENT NATIONAL DEVANT LE SIÈGE DE LA POSTE A BOULOGNE ! TOUS ET
TOUTES AVEC LES COLLEGUES
DE BORDEAUX !



Le 20 juillet : TOUS AU RASSEMBLEMENTDE SOUTIEN DEVANT LA DOTC AQUITAINE !


SOLIDARITÉ ! !



Répondre à cet article