NON AU LUNDI DE CORVÉE !

Mercredi 11 mai 2005 // Services publics, retraites, sécurité sociale, RTT, etc...

Manifestation à Toulouse LUNDI 11:00 Place du Capitole

Personne n’a oublié l’été 2003 ! La canicule ! Les services d’urgences
débordées ! Les cafouillages ministériels ! La surmortalité de 14 802
personnes au 20 août (info INSERM - Institut National de la Santé et de la
recherche Médicale) !
Le 30 juin 2004, le parlement adopte la loi « solidarité pour l’autonomie des
personnes âgées et des personnes
handicapées ». Elle institue un dispositif de veille et d’alerte en cas de
risques exceptionnels. Il est constitué une caisse nationale de solidarité
pour l’autonomie. Son financement est assuré par 0,3% de la masse salariale
annuelle brute de chaque entreprise. Les salarié(e)s devront travailler une
journée de plus (218 J au lieu de 217 J) et (le temps de travail annuel
passe de 1600h à 1607h), en principe cette année le lundi 16 mai.
Cette journée se fera sans rémunération. La part du PIB réservée
aux
salaires est passée de 67% en 1980 à 57% aujourd’hui. Ca va continuer ! Le
MEDEF se réjouit !
Pour la CNT l’instauration d’une journée de travail sans contrepartie
financière est une attaque contre le droit du travail. Le but de cette
journée est une nouvelle remise en cause de la réduction du temps de
travail.

-UN NOUVEAU CADEAU FINANCIER AU PATRONAT !

Pour un salarié(e) qui gagne 1500EUR brut par mois, le patron(ne) versera
1500EUR x12x0.3% = 54EUR.
Sans cette loi (pour une entreprise de plus de 20 travailleurs), le
salarié(e) serait payé 7h sup. à 12EUR net = 84EUR
Le patron ne paie pas non plus le salaire indirect (Sécu,
retraite...environ 30EUR).
Le patron économise environ 84EUR - 54EUR = 30EUR + 30EUR = 60EUR.. Pour
le salarié(e), c’est 0EUR !
Qui peut affirmer que la somme récoltée ira bien à sa destination finale (se
souvenir de la vignette auto) !

REMISE EN CAUSE DES 35 HEURES !

Déjà que les 35 heures sont synonymes d’annualisation et de flexibilité
(imposées par la gauche).
En 2003, c’est l’allongement progressif de 37,5 (public) et de 40 (privé) à
41 en 2012 et 42 années de travail en 2020 pour avoir droit à une retraite à
taux plein.
En février 2005, pour les entreprises de moins de 20 salarié(e)s, le passage
aux 35 heures est repoussé au 31 décembre 2008 (les quatre premières heures
supplémentaires continuent d’être majorées à 10%).
C’est aussi le chantage à la délocalisation pour faire travailler plus avec
la même paye (Bosch, Chausson,...)
Et maintenant, c’est une journée de travail en plus sans rémunération ! Ca
suffit !

CULPABILISATION DES SALARIÉ(E)S !

Égoïstes ! Certaines voix le crient haut et fort !
Égoïstes ! Alors que cet impôt ne touche que ceux et celles qui
perçoivent
un salaire. Il ne concerne ni les professions libérales, ni les profits
commerciaux et ni les revenus de rente.
Que penser ? Du patron de Carrefour qui part avec 38 millions d’euros alors
qu’au même moment les employés étaient en grève pour obtenir des
augmentations de salaire !
Et encore les 57 milliards d’Euros de profits (2004) des entreprises du Cac
40 (exceptionnelle pour le pétrole (Total), la banque (BNP) et la santé
(Sanofi - Aventis : 5,7 milliards) ! Infos de l’Expansion du 18 mars
2005).
Que dire de la direction de Sem Suhmer (Bas - Rhin) qui offre à 9 salariés
(licenciés) un reclassement en Roumanie payé 110EUR brut par mois pour 40h
hebdomadaires ?
Et les 20 milliards d’euros d’exonération de cotisations sociales !
(compensées pour 90% par les impôts et les 10% restants ne sont pas
compensées).

-PAS DE CHARITÉ

Les associations de personnes handicapées ne se sont pas exprimées
clairement (à notre connaissance) sur ce thème. Par co-ntre la CDTHEP (Comité
pour le Droit au Travail des Handicapés et l’Égalité des Droits ) affirme
franchement :
« Les handicapés et leurs familles ne veulent pas être tributaires de la
charité publique obligatoire... La seule solution pour garantir à tous les
assurés sociaux le DROIT véritable à une prise en charge égalitaire
sur
l’ensemble du territoire, c’est que la branche Maladie de la Sécurité
Sociale prenne en charge la totalité des frais liés au handicap et à la
maladie, à domicile comme en établissement ».
« La suppression d’un jour de repos des salariés ne contribuera en aucune
manière à une véritable prise en charge de la dépendance. Pire encore,
en
créant une caisse de sécurité sociale au rabais pour les handicapés et
les
personnes âgées dépendantes, le gouvernement organise leur exclusion de
l’Assurance-maladie ».
« Nous tenons par conséquent à rappeler nos revendications » :
Abrogation de la loi du 30 juin 2004 « relative à la solidarité pour
l’autonomie des personnes âgées et des personnes handicapées »
Rétablissement du jour de congé enlevé aux salariés handicapés
et valides.

LA CANICULE, RÉVÉLATEUR D’UNE SANTÉ MALADE

Incontestablement la canicule était imprévisible ! Néanmoins à maintes
reprises, les personnels de santé ont averti, les gouvernements de gauche
comme de droite sur le dysfonctionnement des services.
Dysfonctionnement dû au manque de personnels (médecins, infirmières, ...),
aux fermetures de lits (150.000 en 20 ans) et aux fermetures d’hôpitaux de
proximité.
Toujours en vain ! Les ministres répondent que les dépenses de santé sont
devenues insupportables, qu’il faut économiser.
« Le vieillissement de la population nous pose des problèmes majeurs, il
occasionne un surcoût considérable » M. Mattéi ex-ministre de la
santé.
Il y a un mois, bien qu’ils savaient qu’ils n’obtiendraient pas une réforme
en profondeur, le ras-le-bol a poussé les urgentistes à la grève, suspendue
au bout de 17 jours, après l’engagement d’une rallonge de 15 millions
d’euros (175 à 190) pour 2005.

Pour la CNT, la surmortalité de l’été 2003 n’est peut-être pas due
qu’au
dysfonctionnement des services de santé ?

LA PAUVRETÉ, LA SOLITUDE ET LA POLLUTION dans les grandes agglomérations ne
sont-elles pas des facteurs aggravants ?
900 000 retraités touchent le minimum vieillesse (599,49EUR par mois pour
une personne seule)
Est-ce un hasard si Paris a connu une surmortalité de 127% (l’Institut
National de Veille Sanitaire) ?
Le patronat et le gouvernement décident de nous faire bosser plus alors que
des millions de personnes sont sans emploi ! +0,3% en mars, Raffarin (le 30
avril 2005) est « satisfait de la décélération de l’augmentation du
chômage ».
Des chômeurs en moins c’est de l’argent pour la sécurité sociale !

-LA CNT S’OPPOSE à LA CORVÉE

(travail non rémunéré auquel
étaient assujettis
les paysans à l’égard du seigneur) DU LUNDI 16 MAI. Il ne doit pas y avoir
de "deal" (quelques minutes par jour - RTT- Congé - récupération un
samedi).

C’est pourquoi LA CNT APPELLE LES SALARIÉ(E)S DU
PUBLIC ET DU PRIVÉ À SE METTRE EN GRÈVE
afin d’instaurer un rapport de force
important pour faire reculer ce gouvernement !

LA CNT REVENDIQUE :

- L’ABROGATION DE CETTE LOI SCÉLÉRATE !
- LA DÉFENSE ET LE RENFORCEMENT DES SERVICES PUBLICS !
L’ARRÊT DES EXONÉRATIONS SUR LES SALAIRES DIFFÉRÉS (charges sociales
patronales) !
- UN PARTAGE DU TEMPS DE TRAVAIL POUR EN FINIR AVEC LA -PRÉCARITÉ ET LE CHÔMAGE
 !
- UNE RÉPARTITION ÉGALITAIRE DES RICHESSES !
- UNE AUGMENTATION DES BAS SALAIRES ET DES MINIMAS SOCIAUX !

POUR UN SYNDICALISME DE COMBAT, AUTOGESTIONNAIRE ET SOLIDAIRE !

Répondre à cet article