Non à la méga-scierie Florian à Lannemezan

Mardi 1er septembre 2020, par cnt31 // Actu régionale

Pourquoi ?

  • Nous, citoyen·ne·s des Pyrénées et d’ailleurs, travailleur·euse·s des bois et du bois, utilisateur·rice·s et amoureux-ses des forêts, élu-e-s refusons absolument l’implantation d’une scierie industrielle de la multinationale Florian à Lannemezan. Face à ce projet extractiviste, nous exigeons la mise en œuvre d’une politique forestière multifonctionnelle. Elle doit respecter les cycles de reproduction du milieu vivant tout en assurant un devenir territorial à la filière bois, de la coupe à l’utilisation finale.
  • Nous refusons le prélèvement envisagé de 540 000 m3 de hêtres annuellement sur le massif des Pyrénées, et le massif central soit plus du triple de l’exploitation actuelle (voir sosforetpyrenees.com). Ces bois seraient majoritairement extraits des forêts publiques (état, communes et de leurs syndicats). Cela représenterait une surface équivalente à 2 200 stades de foot par an et la mise en circulation de 10 000 camions grumiers supplémentaires sur les routes des vallées.
  • Nous citoyen·ne·s des Pyrénées et d’ailleurs, refusons que les forêts soient dévastées, que les beaux arbres disparaissent et leurs cortèges écologiques (faune, flore, champignons, sols). Ceci pour exporter du bois dans le monde entier, alors que nous n’assurons pas les besoins de bois de qualité de nos territoires et de nos artisan·e·s, faute d’outils locaux (séchoirs et stockage).
  • Nous exigeons un projet pour la filière bois territoriale qui subsiste, malgré de nombreuses difficultés. Les subventions publiques doivent permettre d’assurer et d’enrichir l’existant, de permettre aux métiers de la forêt et du bois de vivre grâce à une production tracée. Nous exigeons une gestion forestière fondée sur la multi-fonctionnalité, respectueuse des écosystèmes forestiers. tout en maintenant sur place un tissu économique et social viable. Cette gestion doit nous garantir le maintien des naturels communs (air, eau, biodiversité) et la séquestration du carbone vital pour lutter contre le changement climatique.
  • Nous, citoyen·ne·s des Pyrénées et d’ailleurs, demandons instamment au conseil régional Occitanie Pyrénées-Méditerranée de suspendre toutes les subventions liées à ce projet, de réorienter cet argent public vers une autre politique d’usage local du bois, de mettre en œuvre une concertation en ce sens entre tous les acteurs - conseil régional, communes, état, propriétaires, filière bois, etc. et le collectif Touche pas à ma forêt composé d’organisations associatives, syndicales, politiques, ainsi que de nombreux citoyens. Nous appelons également les scieurs, menuisiers, ébénistes, la filière bois à s’investir dans cette démarche d’avenir.

Touche pas à ma forêt

Pour contrer ce projet, qui apparaît néfaste pour les raisons énoncées, un collectif s’est crée avec "Touche pas à ma forêt" pour nom. De nombreux organisations y participent et la longue liste est sur le document PDF.

Le communiqué appelle à une marche dans les Pyrénées les 10 et 11 octobre qui arrivent. Plus de précisions (sur le où, le quand, etc.) devraient être à priori prochainement communiquées.

P.-S.

Vous pouvez partager cet article via les réseaux sociaux informatiques libres et fédérés :

Répondre à cet article