5e AG interprofessionnelle commune

Mercredi 11 mars 2020, par robertc // Actualité

Après le coup de force du 49-3, la lutte continue !

Depuis plus d’un an et demi, pour tenter de faire taire le mouvement social face aux contre-réformes du gouvernement Macron et tenter de briser les résistances, les lois liberticides se succèdent, sous une répression sans précédent.

Après les attaques contre le Code du Travail, l’assurance chômage, c’est aujourd’hui la réforme des retraites qu’on nous impose en force à coup de 49. 3 ! En dépit d’un rejet massif de la population !
Pour demain se profile le démantèlement de la sécurité sociale, suite logique de la casse de tous nos services publics (hôpitaux, écoles, collèges, lycées, universités...) !

C’est ça « sa démocratie » ?

Cette politique autoritaire et néolibérale ne répond qu’aux lois de la finance, méprise nos institutions et détruit l’essence même de notre société, en remettant en cause les acquis sociaux de 1936 et 1945 pour lesquels nos aînés se sont battus. Aujourd’hui nous avons bien compris qu’aucun compromis ne sera possible avec ce gouvernement. Nous le scandons haut et fort depuis des mois, en vain.

Alors, que faire pour se faire entendre ?

Le 21 janvier 2020, l’AG Interpro Commune de Toulouse a été créée à l’initiative de différents secteurs en lutte (éducation nationale, cheminots...) avec pour objectif d’offrir un temps de discussions interprofessionnelles, de réfléchir, de s’organiser, de réaliser des actions communes. L’interruption des vœux de Moudenc, l’occupation d’AXA, des Galeries Lafayette, de la patinoire, les blocages de dépôt de bus sont autant d’exemples qui ont apporté de la visibilité à notre combat. Mais cela n’est pas suffisant pour stopper ce gouvernement.

Lors de notre 3 ème AG, nous avons décidé d’amplifier cette dynamique en ratifiant l’appel de la Coordination RATP/SNCF Île de France à une rencontre nationale le 21 mars ( appel sur @CoordRATPSNCF et @AgInterproCommune) , appel déjà signé par la CGT et FO Raffinerie de Grandpuits 77, Sud Spectacle de l’Opéra de Paris, Sud Éducation 78 et 89, la coordination nationale des facs et labos en lutte, le Collectif Luttes 10 de la centrale nucléaire de Nogent, le Comité Gilets Jaunes de Valence et de nombreux autres secteurs. L’enjeu est de taille : il s’agit de construire la grève générale en s’appuyant sur la base, pour repartir ensemble et en même temps.

Ce n’est pas l’addition de journées de grève de 24h ou quelques actions de blocage temporaires qui feront plier ce gouvernement. Alors, pour en finir avec cette politique de destruction des acquis, n’attendons pas l’appel de l’intersyndicale du 31 mars, réunissons nos forces et construisons dès à présent un mouvement fort, dotons-nous d’une plateforme de revendications communes et dessinons ensemble un vrai plan de bataille, à l’échelle locale et nationale.

Les étudiant.e.s, les salarié.e.s des transports (SNCF, Tisséo, Blagnac Aéroport), du bassin d’activité de l’aéronautique (Airbus et ses sous-traitants), ainsi que du secteur de l’énergie (EDF-GDF) détiennent à eux seuls une force de frappe extraordinaire dans notre région et constituent des secteurs stratégiques pour le blocage de l’économie. Ensemble, c’est possible !

Etudiant.e.s, chômeur.seuse.s, précaires, salarié.e.s de tous les secteurs, gilets jaunes, syndiqué.e.s, non syndiqué.e.s, rejoignez-nous !

Soyons nombreux.ses le lundi 16 mars à 18h30 Université du Mirail, amphi 2 de la Maison des Solidarités !

Notre AG interpro commune doit devenir un cadre de coordination de tous les secteurs en lutte afin de construire à l’échelle nationale une grève générale.

P.-S.

Si vous voulez relayer par des réseaux sociaux informatiques libres et fédérés :

Répondre à cet article