08,09,10 mars : Riposte syndicale vers la grève générale

Lundi 7 mars 2005 // Actualité SSE

La CNT-FTE a décidé d’appeler aux différentes mobilisations de la semaine du 7 mars. Elle appelle tous les personnels de l’Education à rejoindre la manifestation nationale des lycéens du 8 mars, à participer à la mobilisation des universités contre la LOPRI le 9 mars, et à faire grève et à manifester avec l’ensemble des travailleurs (public-privé) le 10 mars.

Tous et toutes ensemble !

En effet les projets de démolition sociale touchent l’ensemble des travailleurs : plans de licenciements, intérims et CDD se sont multipliés dans le privé, privatisation rampante des services publics avec un développement effréné de la précarité qui vise à la disparition des emplois statutaires. A ceci il faut ajouter l’ensemble des régressions sociales depuis trois ans : retraites des fonctionnaires alignées sur celles du privé avec une aggravation pour tous avec le passage à 42 annuités d’ici 15 ans, casse de l’assurance maladie (augmentation du forfait hospitalier, déremboursement de médicaments, 1 euro non remboursé par consultation ...) sans oublier le racket patronal avec un jour de travail en plus par an (solidarité personnes âgées !!!). Toutes ces attaques sont mises en cohérence dans le projet de refondation sociale du MEDEF, traduit par le plan de cohésion social du gouvernement voté et budgétisé jusqu’en 2009.

Education : jusqu’à la grève illimitée !

Dans l’Education, « la base » a démontré depuis le 20 janvier une forte combativité par une multiplication de conflits locaux, conflits étant autant de désaveux de la politique de Fillon. Celle-ci représentant une attaque sans précédent contre le service public d’éducation. Ainsi la loi d’orientation scolaire, qui prétend remédier aux difficultés du système scolaire français, se situe dans la lignée des projets européens d’adaptation de l’Ecole à la société capitaliste et d’offensives libérales sans précédent. En effet, les mesures annoncées sont alarmantes : elles vont dans le sens d’une accélération de la sélection et de la ségrégation scolaire, d’un renoncement à une Ecole pour tous, d’un retour de l’autorité, des propositions réactionnaires (apprentissage de la Marseillaise à 8 ans) et du conformisme social, et d’une diminution du coût du service public d’éducation. Celle-ci va permettre de flexibiliser et de précariser un peu plus les personnels tout en augmentant pour la population les inégalités scolaires, sociales et territoriales.

Les exemples de mobilisation sont nombreux : grève reconduite 3 jours à Vaulx-en-Velin, mouvement contre les suppressions de sections dans les LP de Moselle impliquant parents et personnels en renouant avec les traditions de luttes ouvrières (occupations, piquets...), lutte contre les fermetures de classe dans les écoles primaires du 18° arrondissement de Paris... D’opérations « collège mort » en occupations d’écoles à travers tout le pays, la liste est encore longue !

Puis ce sont les lycéens qui ont massivement battu le pavé, mobilisant plus de 100 000 personnes le 10/02/05 contre le projet de loi Fillon ou encore 50 000 personnes le 01/03/05 alors que plusieurs académies ne travaillaient pas. Enfin, les vacances scolaires n’ont pas empêché des journées de grèves, touchant par roulement les Académies au travail : les 15/02, 25/02 ou 01/03.

La pression monte mais Il est grand temps de fédérer ces mécontentements ! Dans cette optique, la journée de grève unitaire public-privé du 10/03 peut être le point de ralliement pour la construction d’un mouvement d’ampleur. C’est le moment d’y aller, le gouvernement semblant bien dérouté par les mouvements sociaux actuels. Dire qu’ils en sont à nous agiter les jeux olympiques pour nous dissuader de faire grève !

La CNT-FTE appelle l’ensemble des personnels à rejoindre les AG d’établissements ou de secteurs pour que cette journée de grève soit reconduite les jours qui suivront jusqu’au retrait du plan Fillon. Il nous paraît aussi nécessaire de réanimer tous les instruments de luttes démocratiques (coordinations, collectifs...) qui avaient donné sa vitalité et sa richesse au mouvement du printemps 2003.

- Parce que malgré une reculade sur le bac, le projet de régression scolaire Fillon n’est ni amendable ni négociable et doit être retiré !
- Parce que nous condamnons tout autant le budget de l’E.N pour 2005-06 qui organise l’asphyxie du service public d’éducation.
- Parce que le temps de travail doit être réellement réduit pour titulariser tous les précaires !
- Parce que la casse du code du travail n’est pas acceptable !
- Parce que l’austérité salariale n’est pas tolérable alors qu’une minorité profite !
- Parce que les services publics doivent être non-marchands et gérés par et pour tous !

Ces axes de luttes transversaux peuvent être des points d’union avec d’autres secteurs du public comme du privé qui choisiraient de s’engager dans une grève reconductible au lendemain du 10/03. Et si ensemble on osait ... ?

Pour TOULOUSE :
Rendez vous a 10:00 place Arnaud Bernard.

Répondre à cet article