Grève du 8 mars

JOURNÉE INTERNATIONALE DE LUTTE POUR LES DROITS DES FEMMES

Jeudi 7 mars 2019, par Maïlys // Actualité

Nous produisons plus de la moitié des richesses du pays et pourtant nous sommes toujours victimes d’inégalités et d’injustices Nous travaillons et vivons dignement dans un monde qui traite encore les femmes en inférieures ou en objets.
Malgré les lois, les discours et les promesses, le sexisme, le patriarcat et la domination masculine sont toujours les normes dominantes en 2019 en France. Selon les départements, les postes occupés et les responsabilités, les femmes sont payées de 9% à 25 % de moins que les hommes, en moyenne. 216 000 femmes sont victimes, chaque année, de violences conjugales (physiques ou sexuelles). Cette violence tue une femme tous les trois jours. Et toutes les 7 minutes, 1 femme est violée en France.
La violence faites aux femmes c’est aussi le harcèlement de rue et sexuel au travail, les agressions sexuelles et les viols y compris de la part des conjoints, petits amis, ex, les mutilations, excisions et mariages forcés. Quand on fait l’addition on arrive à un total de près de 500 000 victimes annuelles en France - ça suffit !
C’est pourquoi, la CNT réunit en assemblée, appelle à une grève générale de 24h le 8 mars 2019. Cette grève générale s’adresse à toutes les travailleuses et travailleurs de tous les secteurs d’activité, publics et privés. Nous considérons que cette grève générale est plus que motivée.

La CNT REVENDIQUE :

- L’égalité salariale homme/femme ;
- L’application réelle des lois contre le harcèlement moral et sexuel en entreprise ;
- La lutte contre les discriminations à l’embauche liées au genre et/ou aux orientations sexuelles ;
- La reconnaissance du travail domestique ;
- La fin des contrats partiels imposés ;
- Une augmentation significative des salaires et du taux de cotisations ;
- La titularisation et CDIsation des contrats précaires ;
- La régularisation de toutes et tous les sans papiers ;
- L’accès gratuit et sans condition au droit à l’IVG ;
- Le développement des plannings familiaux ;
- La mise en place de programmes pédagogiques favorisant une réelle émancipation de chacune et chacun, et ce en bannissant les stéréotypes de genre, dès la petite enfance ;

La CNT et ses syndicats affiliés invitent toutes les sympathisantes et sympathisants, associatifs, féministes, autonomes, à se joindre à cette mobilisation et à se mettre en mouvement pour abattre le patriarcat et le sexisme.

Répondre à cet article