1er Mai : ni patrie, ni patron, ni Le Pen, ni Macron !

Manifestation

Jeudi 27 avril 2017, par raf // Actualité

Le 1er Mai, la CNT 31 sera aux côtés des militants de l’Union Antifasciste Toulousaine pour manifester au sein d’un cortège radical.

Retrouvez-nous lundi à 10h30, métro Esquirol.

Contre l’extrême-droite et le capitalisme qui la nourrit, organisons-nous !

"L’Union Antifasciste Toulousaine vous propose pour le 1er Mai de former un cortège radical, contre la mascarade électorale, sur des bases abstentionnistes et révolutionnaires. Face à l’extrême droite et à l’ultralibéralisme ne choisissons pas, mais mobilisons nous uni.e.s. Le but étant de se faire entendre, d’être visibles et de proposer une alternative militante et sociale.

Pour la 2ème fois en 15 ans le Front National accède au second tour de la présidentielle. Les deux pantins du capitalisme et de l’ultra-libéralisme vont donc s’affronter et l’on saura bientôt qui gagnera la place tant désirée du prochain casseur de pauvres, qui détruira un peu plus encore les acquis sociaux des travailleurs et le peu de solidarité qu’il reste dans cette société.

En effet, dans la droite lignée des précédents gouvernements, Emmanuel Macron comme Marine Le Pen organisent la casse du code du travail, la banalisation de la précarité, l’apprentissage au service des patrons et la destruction du service public. Leur programme ne défend que les riches, les professions libérales et les patrons. Et pour ne pas se faire démasquer, les deux tentent de flatter les classes populaires en se réclamant « anti-système », cela sonne aussi creux que leur programme. La pseudo « méritocratie républicaine » devient la règle dans les deux programmes. Loin de se soucier des inégalités sociales et des injustices de classe, l’un comme l’autre restent à leur place : du côté des élites. Le Front National, quant à lui, continue de distiller le discours raciste et sécuritaire que la droite comme la gauche ont banalisé depuis des années.

De plus, agitant le chiffon de la peur du terrorisme et de la crise économique les médias ont largement participé à la propagation de cette nouvelle maladie des « anti-systèmes républicains » où le Front National trouve toute sa place.

Ainsi, nous, travailleur.euse.s précaires, enfants d’immigré.e.s, militant.e.s antifascistes et révolutionnaires appelons tous les individus et organisations se retrouvant dans un discours de défense des classes populaires à venir nombreux et nombreuses dans le cortège radicalement antifasciste du 1er Mai.

Nos pensées iront à Ibrahim Ali, tué à 17 ans par des colleurs d’affiche du FN. La répression, aujourd’hui comme demain, ne nous fera pas taire : notre détermination et notre force seront d’autant plus grandes qu’on tentera de détruire nos vies.

Contre l’extrême-droite et le capitalisme qui la nourrit, organisons-nous !

Rdv lundi 1er mai 2017 devant la station de métro Esquirol à 10h30"}

Répondre à cet article