SIDA : 5 ans pour rien ?

Lundi 28 novembre 2016, par raf // Actualité

A l’occasion de la Journée Mondiale contre le Sida, le 1er décembre prochain, Act Up Sud Ouest appelle à une manifestation à 19h à Jean Jaurès et tient à dresser un bilan.

Ce 1er décembre 2016, journée mondiale de lutte contre le sida, est la dernière qui va se dérouler sous la mandature du président François HOLLANDE et du gouvernement VALLS. Cinq ans de pouvoir et de prises de décisions qui nous ont fait passer par une multitude d’émotions : de la joie, très brève, à la colère, de l’espoir, très mince, à un sentiment de trahison…

Lui, Président, il a refusé d’augmenter la contribution de la France au Fond mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose, alors que l’ONU a calculé qu’il était possible de mettre fin à la transmission du VIH d’ici à 2030. Les 7 pays les plus riches de la planète ont tous annoncé une hausse de leur contribution… sauf la France !

Lui, Président, il « a ouvert le droit au mariage aux couples homosexuels » mais en faisant traîner les débats, ce qui a libéré la parole et les actes LGBTI-phobes.

Lui, Président, il a été plus que réticent à la mise en place d’une véritable politique de prévention en direction des personnes LGBTI.

Lui, Président, il a imposé la pénalisation des clients des travailleur-se-s du sexe, ce qui a aggravé leurs conditions de travail et les expose encore plus au VIH et aux agressions les mettant dans une insécurité tant sanitaire que physique

Lui, Président, il a supprimé la franchise d’accès à l’Aide Médicale d’Etat mais a durci l’accès aux soins pour les étranger-e-s malades et favorisé les expulsions de ces dernier-e-s. Accès qui va se compliquer encore un peu avec le transfert des compétences des médecins des ARS versceux de l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration.

Lui, Président, il a instauré une inégalité d’accès aux nouvelles molécules contre l’hépatite C en restreignant l’accès à un grand nombre de malades.

Lui, Président,il a annoncé l’accès universel aux traitements innovants contre l’hépatite C mais dans la réalité les actes ne suivent pas les paroles.

Lui, Président, il a réformé les Centres Gratuits de Dépistage et de Diagnostic mais en augmentant leur cahier des charges sans personnel supplémentaire, ce qui va compliquer leur bon fonctionnement.

Lui, Président, il a continué la politique d’austérité en diminuant régulièrement le financement de la sécurité sociale, ce qui provoque des suppressions de postes de personnels soignants et non-soignants, la dégradation de leurs conditions de travail et de la qualité de la prise en charge des usager-e-s.

Lui, Président, il continue la politique de privatisation de notre système de santé qui augmente le reste à charge des usager-e-s (franchises médicales, dépassement d’honoraires, baisse des remboursements par la sécurité sociale).

Lui, Président, il a réduit l’accès aux droits des personnes séropos à travers la mise en faillite des Conseils départementaux, ce qui a comme conséquence une restriction des prestations à destination des usager-e-s.

Lui, Président, il n’a toujours pas levé l’interdiction concernant les soins funéraires pour les personnes séropositives.

Lui, Président, il a autorisé les HSH à donner leur sang mais en instaurant une période d’abstinence sexuelle d’un an, ce qui est bien souvent irréaliste dans la vraie vie.

Lui, Président, il n’a toujours pas autorisé le changement d’état civil libre et gratuit pour les personnes trans, les maintenant dans une situation de stigmatisation qui les expose encore plus aux violences et au VIH.

Lui Président, il a autorisé de nouveaux moyens de prévention comme la PrEp, sans donner de ressources supplémentaires aux hôpitaux et aux associations pour leur mise en place.

Lui, Président, il a autorisé l’ouverture d’une salle de consommation à moindre risque mais très tardivement et uniquement adossée à des hôpitaux, ce que n’approuvent pas les associations.

Lui, Président, il n’a toujours pas autorisé les Programmes d’Echange de Seringues en prison et n’a rien fait pour la suspension de peine des détenu-e-s malades.

Lui, Président, il peut inscrire à son bilan d’avoir désespéré les associations de lutte contre le sida par une politique de renoncement et de remise en cause de la solidarité.

Et nous, demain, on fait quoi ? Hier, aujourd’hui, demain, le sida et la sérophobie sont toujours là ! Ensemble refusons les belles paroles, continuons nos combats pour exiger plus de moyens et plus de droits contre l’épidémie de VIH/sida !

Manifestation jeudi 1er décembre 19H - Métro Jean Jaurès - Toulouse

A l’appel d’Act Up Sud Ouest et soutenu par : CNT 31, UAT, OCML VP, Les Soeurs de la Perpétuelle Indulgence-Couvent des SDF...

Répondre à cet article