Rassemblement de soutien aux 4 inculpé-e-s BDS

Mercredi 21 septembre 2016, par raf // International

A partir de 13h et toute l’après-midi, jeudi 22 septembre : présence du comité de soutien devant le Palais de Justice, prises de paroles, tables, documentation...

Le procès va se dérouler sous haute tension suite, notamment, aux menaces des organisations sionistes de Toulouse.
Au regard des enjeux du procès et pour que le rassemblement puisse avoir lieu, il est attendu de tous les participants qu’ils aient une attitude responsable et ne répondent pas aux provocations.

Bernard, Jean-Pierre, Loïc et Yamann sont convoqués au tribunal le 9 décembre, « accusés » d’avoir participé à la distribution d’un tract de la campagne BDS le 7 février 2015. En outre, la convocation de Bernard et Yamann porte aussi sur la distribution d’un tract le 19 décembre 2014.

Ces deux actions d’information à la population - en centre ville le 19 décembre 2014 et au métro Balma - Gramont le 7 février 2015 - sont inscrites dans le cadre de la campagne internationale Boycott - Désinvestissement - Sanctions qui est, à l’image de celle du boycott de l’Afrique du Sud dans les années 80, une démarche citoyenne et non violente, initiée par la société civile palestinienne pour lancer un courant d’opinion mondial en faveur du respect des droits des Palestiniens et pour en finir avec l’impunité de l’état d’Israël.

Nos camarades sont poursuivis pour « avoir entravé l’exercice normal - de 3 magasins - lors de leur activité économique » à la suite d’un dossier monté par deux organisations pro-israéliennes (dont la LICRA) et adressé au Procureur de la république. Alors que les deux distributions de tracts auxquels ils sont supposés avoir participé ont été pacifiques, dans la bonne humeur et sans intimidation envers les passants, sur le domaine public et sans entrer dans aucun magasin.

La criminalisation des actions militantes BDS a démarré avec la circulaire Alliot-Marie, toujours pas abrogée par le gouvernement. Mais aujourd’hui, pire encore, c’est la liberté d’opinion et d’expression qui est remise en question. Le 31 mars, le maire de Toulouse a même osé interdire une conférence-débat avec le professeur Farid Esack, ancien compagnon de Nelson Mandela et président de BDS en Afrique du Sud. Un recours pour illégalité contre cette décision du maire a été déposé.

Le droit de critiquer un État qui ne respecte pas le droit international, qui colonise et occupe dans le cadre d’une politique d’apartheid, ne peut être remis en question. Ce droit se trouve au cœur même de la notion de société démocratique.

Le Comité de Soutien aux inculpéEs BDS toulousains vous appelle à vous mobiliser nombreux :
- pour faire respecter la liberté d’opinion et d’expression, en particulier pour la campagne BDS et pour la solidarité avec le peuple palestinien,
- pour l’abrogation de la circulaire Alliot-Marie.
- ENSEMBLE, NOUS EXIGEONS LA RELAXE DE BERNARD, JEAN-PIERRE, LOIC et YAMANN et de tous les militantEs de la campagne BDS en procès :
- en participant au rassemblement de solidarité devant le tribunal de Toulouse le jeudi 22 septembre à partir de 13h, et aux futures initiatives du comité de soutien,
- en apportant le soutien financier nécessaire aux frais de justice (chèques à l’ordre de BDS France Toulouse - mention « procès BDS » au dos - à adresser à : CASC - Comité BDS 10bis, rue du Colonel Driant 31400 Toulouse).

Nous appelons les organisations éprises de justice non encore membre de notre comité de soutien à nous rejoindre.

Répondre à cet article