Manifestation en hommage à Clément Méric et à toutes les victimes du fascisme

Mardi 31 mai 2016, par raf // Antifascisme

Manifestation jeudi 2 juin, en hommage à Clément Méric et à toutes les victimes du fascisme. Rendez-vous, à 19h00, métro François Verdier.

POUR CLÉMENT ET TOU.TE.S LES AUTRES VICTIMES DU FASCISME
NI OUBLI, NI PARDON !

5 JUIN 2013
3 ans que notre camarade Clément est
décédé sous les coups des fascistes.

5 JUIN 2013
3 ans que la justice refuse de juger
les coupables de ce crime politique et continue de
juger les syndicalistes, les militant-e-s de classe et les
militant-e-s qui se battent pour une autre société. 3 ans
encore que l’État et sa police ne cessent de harceler et
d’assassiner les habitant-e-s des quartiers populaires
(Zyed et Bouna, Lamine Dieng, Amine Bentousi
et tant d’autres encore), toujours en acquittant les
responsables des crimes. Syndicalistes de GoodYear,
manifestant.e.s arrêté.e.s lors des manifestations pour
Rémi Fraisse, ou plus récemment contre la loi travail,
condamné.e.s à de la prison ferme quand les meurtriers
de Clément courent toujours impunément. Et quand
les fascistes bénéficient d’une impunité judiciaire
lorsqu’ils tabassent, poignardent et intimident nos
camarades, ce sont les syndicalistes de la CNT qui se font
violemment attaquer leurs locaux par la police à Lille.

5 JUIN 2013
Une date pour se rappeler que chaque jour
des antifascistes tombent encore pour une société sans
classe. Carlos Palomino, Carlo Giulani, Kostja Lunkin,
Killah P., etc, chaque pays compte ses mort-e-s et leurs
combats continuent à vivre dans nos luttes. Une date
aussi pour se rappeler que le combat antifasciste amène
nos camarades révolutionnaires à croupir dans les geôles
des régimes bourgeois à travers le monde (Alexander
Kolchenko, Oleg Sentsov, Georges Abdallah ou encore
les militants de Lutte Révolutionnaire).

5 JUIN 2016
3 ans après, la montée des idées du
Front National et la banalisation des discours racistes,
islamophobes, misogynes, homophobes, sexistes et de
domination de genre, continuent de servir la crise du
capitalisme que nous vivons au quotidien. L’extrême
droite, du FN aux identitaires, s’affirme toujours plus
dans son discours anti ouvrier, anti syndicaliste, contre
le progrès social mais pour la préservation des privilèges
racistes ou de classe. Stigmatisant les immigré.e.s, les
femmes voilées, les sans-papiers et en général toutes
les personnes subissant le racisme, les États font la part
belle à la progression des nationalismes de droite comme
de gauche en prétextant l’union nationale face à des
supposés ennemis de l’intérieur.

5 JUIN 2016
3 ans après, on ne peut que constater que le
fascisme et différents courants réactionnaires se renforcent
en Europe. Guerre civile en Ukraine où s’affrontent les
néo-nazis de Pravy Sektor et de Svoboda à l’impérialisme
russe, montée du parti néo nazi en Hongrie face au déjà
très autoritaire et raciste Viktor Orban, le parti d’extrême
droite FPÖ en Autriche en tête des élections nationales,
construction d’une frontière imperméable aux réfugié-e-s
et migrant-e-s aux portes de l’Europe fuyant les conflits
que les États impérialistes provoquent un peu partout sur
la planète. Il faut également constater que cette situation
ne se limite pas à l’Europe. Aux États Unis, Donald
Trump reprend à son compte les thèses de l’extrême
droite locale comme internationale. L’État Turc, allié de
l’Union Européenne, continue toujours sa guerre vis à
vis des populations kurdes, alévis, arméniennes ou tout
autres minorités opprimés et renforce toujours plus son
autoritarisme. Que l’État Français encore soutien les
régimes réactionnaires d’Iran, des monarchies du Golfe,
du Maroc ou de Tunisie, tandis que sur place, les forces
progressistes se font assassiner et réduire au silence.

5 JUIN 2016
3 ans après, les militant-e-s fascistes
continue de courir dans les rues. Les agressions racistes,
sexistes et homophobes se multiplient, que ce soit dans
la rue ou à l’encontre d’espace militant. Nous nous
devons de continuer à mener, dans toutes nos luttes,
sur nos lieux de travail et de vie, la lutte antifasciste et
révolutionnaire, en ne laissant aucun espace de visibilité
ou d’action aux organisations d’extrême droite et à toutes
leurs nébuleuses conspirationniste qu’elle traîne dans
leurs girons. Plus que jamais, nous devons construire
une riposte populaire et affirmer que la lutte antifasciste
ne peut être que solidaire de tous-tes les exploité-e-s, ici
comme ailleurs.

LA JUSTICE DE HOLLANDE
ET DES CAPITALISTES EST À
L’ŒUVRE :
COMBATTONS-LA !

Répondre à cet article