Soutien aux prisonniers palestiniens en grève de la faim

Mercredi 9 mai 2012, par Seb // International

La CNT soutient la lutte des prisonniers palestiniens en grêve de la faim.

Depuis le 17 Avril, journée de solidarité avec les prisonniers
palestiniens, environ 1600 d’entre eux ont entamé une grève de la faim
illimitée pour exiger une amélioration de leur condition de détention.
En particulier l’accès à l’information, à la presse et à l’enseignement
universitaire, la fin des raids nocturnes, l’autorisation pour les
prisonniers de Gaza de recevoir les visites de leurs proches, la fin de la
détention administrative et de la pratique de l’isolement des prisonniers.
Ils sont maintenant 2000 à poursuivre ou à rejoindre le mouvement.

19 prisonniers sont actuellement détenus en isolement pour des « raisons
de sécurité, dont le Secrétaire général du FPLP (Front Populaire de
Libération de la Palestine), Ahmad Sa’adat qui est en grève de la faim
depuis le 17 avril. Il a été transféré de sa cellule d’isolement dans la
prison Rimon en Israël vers l’hôpital pénitencier de Ramleh suite à la
détérioration de sa santé. Ahmaad Sa’adat condamné à 30 années de prison
(l’armée d’occupation l’ayant accusé d’avoir organisé l’exécution de
l’ancien ministre extrémiste israélien du Tourisme Rehavam Zeevi en 2001)
a passé plus de trois ans dans des cellules d’isolement.

Huit prisonniers, dont cinq détenus administratifs, continuent leurs
longues grèves de la faim lancées avant le 17 Avril. Bilal Diab et Thaer
Halahleh, sont à leur 63ème journée de grève de la faim pour protester
contre leur détention administrative. Un médecin indépendant de
Physicians for Human Rights-Israel (PHR- Israel) a déterminé, le 30 Avril,
que Bilal a un risque immédiat de mort et, que lui et Thaer doivent être
transférés immédiatement dans un hôpital civil afin de recevoir des soins
médicaux adéquats.

Comme lors de grèves de la faim dans le passé, le service pénitentiaire
israélien (IPS) a intensifié ses mesures punitives contre les prisonniers
en grève de la faim pour saper la campagne : violentes intrusions dans
leurs cellules par les forces spéciales israéliennes, la confiscation des
effets personnels, les transferts d’une prison à l’autre, le placement en
cellule d’isolement, des amendes et le refus des visites familiales et
des avocats.

Environ 5000 palestiniens sont emprisonnés en Israël. Parmi ces
prisonniers, 185 enfants ou jeunes de moins de dix-​​huit ans,
11 femmes, 27 députés, 2 anciens Ministres, 41 universitaires, et plus
d’une centaine de personnes atteintes de maladies et de handicaps. 320
prisonniers sont soumis à la détention administrative sans aucune charge
retenue contre eux. La détention administrative est utilisée par l’état
d’israel pour emprisonner n’importe quel Palestinien sans inculpation ni
jugement, pour des périodes de 6 mois renouvelables indéfiniment.

Depuis 1967, plus de 800 000 Palestiniens ont connu les prisons
israéliennes. Il n’est guère de familles qui n’aient été touchées, à un
moment ou à un autre.

la grève de la faim est le seul moyen disponible aux détenus
administratifs et autres prisonniers politiques pour lutter pour leurs
droits fondamentaux.

Les prisonniers menacent d’étendre le mouvement et de le généraliser à
toutes les prisons si leurs revendications ne sont pas satisfaites dans
les plus brefs délais.

Mobilisons nous pour soutenir leurs luttes.
Libération des prisonniers politiques palestiniens !
Liberté et Justice pour le peuple Palestinien !

— 
Secrétariat International de la CNT-F
33, rue des Vignoles
75020 Paris

www.cnt-f.org/international

Répondre à cet article