Articles avec le tag ‘Pôle Emploi’

Lundi 6 mars : mobilisation des salarié.es de Pôle emploi

lundi 27 février 2017

Les salarié.es de Pôle emploi sont appelé.es à se mettre en grève le 6 mars 2017 pour la défense de leurs missions, de leurs métiers et de leurs emplois.

Ci-dessous l’appel de l’intersyndicale des Hauts-de-France :

Dans un contexte d’austérité budgétaire, de baisse des effectifs et d’augmentation de la charge de travail, la dégradation des conditions de travail s’amplifie. Nous le vivons au quotidien : course à la productivité, externalisation, réorganisations, heures supplémentaires voire écrêtées, multiplication des contrats précaires… Aujourd’hui Pôle emploi est en danger : suppression des A2S, réduction et dégradation du métier d’indemnisation, externalisation de l’assurance chômage, diminution drastique des fonctions support (DT, DR, DPSR) et appui gestion (PAG), nouvelle segmentation du métier des Conseillers à l’emploi (CEP/suivi/…), dématérialisation importante et non anticipée (NPDE, Emploi Store, mail.net, DSN…) et lancement de « Bob emploi » qui va se développer et engendrer des conséquences inévitables pour le personnel et les usagers (accroissement de l’externalisation et de la privatisation de nos missions). Et demain : réduction du nombre d’agences, régionalisation, privatisation, plan de licenciement ?

C’est pourquoi toutes les organisations syndicales régionales appellent les personnels de Pôle emploi des Hauts-de-France à se mobiliser massivement pour obtenir :

  • La fin de tout processus de régionalisation et de privatisation, la défense du caractère public et national de Pôle emploi ;
  • La défense de nos missions de service public et de protection sociale collective dans le cadre du régime d’assurance chômage, le maintien des activités de Pôle emploi telles que prévues par la loi de fusion du 13/02/2008 ;
  • L’arrêt de la sous-traitance et la ré-internalisation de toutes nos activités ;
  • La reconnaissance et l’évolution de tous nos métiers dans le respect de nos expertises, qualifications et identités professionnelles ;
  • Le maintien des effectifs et l’embauche de tous les personnels en CDI ;
  • L’amélioration de nos conditions de travail et de la qualité du service rendu aux usagers (demandeurs d’emploi, entreprises, salariés…)  ;
  • Une augmentation générale des salaires et traitements (point d’indice et point salaire) ;
  • La conciliation de la vie professionnelle et personnelle pour tous les salariés : formations au plus proche des territoires, respect des accords en vigueur (OATT).

Naissance du syndicat CNT Emploi Formation Insertion Nord Pas-de-Calais Picardie

lundi 4 avril 2016

logo-cnt-efi-npdcpLe 24 mars 2016, des salarié-e-s de la région Nord Pas-de-Calais Picardie (NPDCP) travaillant à Pôle emploi ont créé un syndicat CNT de l’emploi, de la formation et de l’insertion (EFI).

Les membres fondateurs de la CNT EFI NPDCP sont engagés dans la lutte depuis quelques années, notamment à Amiens aux côtés de la CIP (coordination des précaires et intermittents). Pour en savoir plus, lire ci-dessous le texte de présentation qu’ils/elles ont rédigé…

Télécharger ce fichier PDF

Pour tout contact, utiliser l’adresse e-mail de l’ancienne section « Pôle emploi » du syndicat CNT-SSEC 59/62 : efi-npdcp [at] cnt-f.org

Nouvelle convention Unédic : occupation d’un site de Pôle emploi près d’Amiens

mercredi 10 décembre 2014

Mercredi 10 décembre 2014, après 36 heures d’occupation du site de Pôle emploi à Boves (dans la Somme), le collectif amiénois de la Coordination des intermittents et précaires (CIP) de Picardie a été délogé par la police. Suite à cette évacuation, le collectif a d’ores et déjà annoncé d’autres actions contre la nouvelle convention Unédic qui durcit les conditions d’indemnisation des chômeurs et intermittents.

Manifestation nationale contre le chômage et la précarité & pour la justice sociale

mardi 25 novembre 2014

affiche-cnt-manif-chomage-precarite-6-decembre-2014La 12e édition de cette manifestation unitaire, organisée chaque année à Paris à la même époque, aura lieu samedi 6 décembre 2014. Rendez-vous à 14h, place de Stalingrad.

– Tract confédéral de la CNT appelant à cette manifestation : 2 pages au format pdf

– Dossier confédéral de la CNT sur l’accord Unédic de mars 2014, les nouvelles attaques du gouvernement contre les travailleurs, le salaire socialisé, Pôle emploi, la précarité, le budget de la santé et des collectivités locales… : 4 pages au format pdf

Kit de survie à Pôle emploi

lundi 6 octobre 2014

inscription-chomage-dessin-extrait-du-Combat-Syndicaliste-journal-CNT-sept-2014On peut s’inscrire à Pôle emploi pour de multiples raisons : avoir suffisamment travaillé pour toucher des indemnités chômage, besoin d’une attestation de rejet d’indemnisation pour toucher le RSA, accéder à une formation, vouloir apparaître dans les chiffres officiels du chômage, pour le droit à certaines réductions (transports, piscine, cinéma, etc.), pour l’ancienneté d’inscription qui peut compter pour accéder à des emplois aidés… ou même parce qu’il arrive que Pôle emploi propose des boulots !

Un dossier extrait du “Combat Syndicaliste” de septembre 2014, plein de bons conseils pour préparer votre inscription éventuelle à Pôle emploi.

> Lire ce dossier (PDF – 3 pages)

Communiqué confédéral de la CNT à l’occasion de la rentrée sociale de septembre 2014

vendredi 5 septembre 2014

akdmdDepuis plusieurs semaines maintenant, nous assistons à une rentrée politique surréaliste : un remaniement ministériel faisant enfin assumer à ce gouvernement son idéologie libérale, des annonces en cascades contre les classes populaires telles que la fin de l’encadrement des loyers, la mise à plat des 35 heures via la négociation “syndicats/patronat”, une annonce de chasse ouverte aux chômeurs par des contrôles renforcés de Pôle emploi ainsi qu’une politique étrangère faite de propos va-t-en-guerre et de soutien aux gouvernements assassins et totalitaires, qu’ils soient ukrainien ou israélien.

Dans le même temps, pour satisfaire le Medef, le gouvernement voudrait monnayer nos droits sociaux et syndicaux en supprimant les seuils sociaux dans les entreprises en échange d’emplois dont nous ne verrons jamais le jour (ceux qui ouvrent la possibilité aux délègues du personnel dans les entreprises de plus de 10 salarié-e-s et aux Comités d’entreprise dans celles de plus de 50). C’est une véritable provocation à l’heure où l’ensemble des travailleurs et travailleuses du pays subissent au quotidien les bas salaires, les cadences infernales, la précarité, la répression et le chômage de masse. Souvent, dans une petite entreprise, l’élection d’un délégué du personnel est ressentie comme une victoire face à la toute puissance du patronat. Et on vient nous parler de dialogue social ?

Dans l’Éducation nationale, les promesses de créations de postes ne se traduisent pas sur le terrain. Ainsi, une majorité des enseignant-e-s fera sa rentrée devant des classes de plus de 25 élèves dans des conditions toujours plus pénibles. Après de nombreuses années de luttes, les AVS (encadrant les enfants en situation de handicap) ont enfin obtenu une possibilité de CDIsation mais celle-ci se fait au prix d’une rémunération en-dessous du seuil de pauvreté. Et sans dynamique de lutte, il y a fort à parier que cette situation inacceptable n’évoluera pas encore cette année.

Mais le gouvernement compte-t-il s’arrêter en si bon chemin suite aux déclarations d’amour au monde de l’entreprise par Manuel Valls lors de l’université d’été du Medef ? Que compte-t-il faire concernant le code du travail que les patrons trouvent trop lourd ou du SMIC que Pierre Gattaz, président du Medef, estime trop élevé ?

Aujourd’hui en France, il y a péril en la demeure. Les politiques du PS n’ont de cesse de faire le lit du Front national qui se drape d’oripeaux sociaux afin de mieux tromper les travailleurs et travailleuses. Pourtant celui ci est contre le droit de grève, contre les syndicats, contre la sécurité sociale et le salaire socialisé.

Pour la CNT, les choses sont claires. Face aux attaques, la réponse doit être collective. Il s’agit de favoriser dès à présent toutes les dynamiques de luttes éclatant ici et là afin de les fédérer et d’impulser un mouvement social puissant et d’ouvrir ainsi des perspectives de ruptures anticapitalistes aux classes populaires : autogestion, socialisation des moyens de production, d’échange et de répartition. Il n’est pas de débouches politiques aux luttes si ce n’est leurs victoires sur leurs bases revendicatives. Les cheminots et les intermittents, à la pointe du mouvement social cet été, peuvent en témoigner.

drapeau-rouge-et-noir-flottantDans l’immédiat, la CNT engage tout son soutien à notre camarade Fouad Harjane à l’occasion de son procès en appel suite à une condamnation à 40 000 euros de dommages et intérêts en faveur de la SNCF pour un blocage de gare ayant eu lieu en 2006 lors du mouvement dit anti CPE. A cette époque, le PS était dans l’opposition et soutenait le mouvement social. Sachons le lui rappeler ! Tout en revendiquant l’amnistie sociale en faveur de l’ensemble des syndicalistes et des militant-e-s du mouvement social, la CNT appelle à manifester le vendredi 12 septembre à 8h30 devant le tribunal de grande instance de Metz.

Chômage et droits des sans-emplois

jeudi 30 janvier 2014

banderole-cnt-travaillons-tous-moins autrementEn 2013, le chômage dans le Nord Pas-de-Calais a augmenté de 2,5 %. Fin décembre, 259 206 habitant-e-s de la région étaient inscrit-e-s à Pôle emploi…

Tous les samedis (jusqu’à mi-juillet),
sur le site confédéral de la CNT,
retrouvez une nouvelle rubrique du guide pratique
“Se défendre face à Pôle emploi” (2e partie).
Lien : www.cnt-f.org/-chomage-et-precarite-.html

> Télécharger la 1ère partie du guide

Minima sociaux : la prime de Noël

lundi 16 décembre 2013

anti-capitalisme-enfant-ne-croyant-plus-au Pere-NoelLa prime de Noël concerne certains allocataires des minima sociaux, notamment celles et ceux percevant le revenu de solidarité active (RSA).

Conditions d’attribution :
– On doit être en cours d’indemnisation au titre du mois de novembre ou décembre de l’année en cours.
– Pour les allocataires percevant le RSA, le montant des ressources ne doit pas excéder le montant forfaitaire correspondant à la composition de votre famille. Plus d’infos sur le site du Ministère des affaires sociales et de la santé : Comment calcule-t-on le montant du RSA ?
– Les allocataires de l’allocation d’aide au retour à l’emploi (ARE), de l’allocation aux adultes handicapés (AAH)) et du RSA en complément de revenu d’activité ne peuvent pas recevoir cette prime. Plus d’infos ici sur le site “Service-public.fr” : Qu’est-ce que la prime de Noël ?

Montant de la prime :
Le montant de la prime versée par Pôle emploi aux allocataires de l’allocation de solidarité spécifique à taux simple est de 152,45 € pour la prime de Noël 2013. La remise en banque a lieu chaque année quelques jours avant Noël.

Mais au fait, d’où vient ce “droit” ?
Réponse sur le site du réseau AC! : Précaires, avez-vous mérité votre prime de Noël ?

Cet article a été posté par l’UL-CNT de Chelles sur le site confédéral de la CNT. Il est extrait du chapitre 2 (qui vient de paraître) du guide “Se défendre face à Pôle emploi” réalisé par différents collectifs de chômeurs-ses et précaires. Le chapitre I était consacré à l’inscription à Pôle emploi (voir ici). Le chapitre 2 est consacré aux droits à indemnisation. D’autres chapitres suivront (sur le suivi, la radiation et les moyens de contestation des décisions).

Chômage et précarité : nous sommes tous concerné-e-s !

mardi 25 décembre 2012

manif-chomage-precarite-paris-1erdec2012-banderoles-cnt-sub-et-cnt-chellesEn 2013 sera renégociée la convention pour l’indemnisation du chômage. Comme chaque année à la même époque, c’est un moment où le patronat tente toujours de rogner les quelques droits des chômeurs/ses. Il s’agit donc aujourd’hui de rappeler que 8 millions de gens vivent en France sous le seuil de pauvreté et qu’un nombre croissant de personnes sont exclues des droits élémentaires que sont un emploi, un revenu, un logement, l’accès aux soins et à la culture.

Sept mois après les élections présidentielles, rien de nouveau sous les nuages de la précarité ! Un coup de pouce dérisoire aux allocations chômage, pas un centime d’euro pour les allocataires du RSA et de l’ASS, un manque d’emplois de plus en plus terrible et une pression de Pôle Emploi de plus en plus forte… voilà le changement dans la continuité que vivent quotidiennement chômeurs/ses et précaires !

Le 1er décembre dernier, une manifestation nationale contre le chômage et la précarité a eu lieu à Paris à l’appel de plusieurs organisations (à ce propos, voir le reportage vidéo de l’AFP ainsi que le clip de la CNT).

Voici qu’elles en étaient les principales revendications :

  • Un emploi stable pour tous, librement choisi et permettant de vivre décemment.
  • Une indemnisation décente de toutes les formes de chômage et la revalorisation des différents revenus des chômeurs et précaires.
  • Une meilleure répartition du travail par le respect des 35 heures et par une nouvelle réduction du temps de travail.
  • Davantage de moyens pour que les chômeurs/ses accèdent à de vraies formations, et librement choisies.
  • Une retraite décente pour tous à 60 ans y compris pour les chômeurs/es non indemnisé-e-s et les allocataires du RSA.
  • Une réforme de Pôle emploi : plus de moyens pour accompagner les chômeurs/ses vers l’emploi et une séparation claire des deux fonctions principales (indemnisation et accompagnement vers l’emploi).
  • L’arrêt immédiat des radiations-sanctions.
  • La revalorisation à 500 euros pour tous et toutes de l’allocation exceptionnelle de fin d’année (dite « prime de Noël »).

Vidéo de l’occupation de la direction régionale de Pôle emploi (21 mars 2012)

jeudi 10 mai 2012

Le 21 mars 2012, la direction régionale de Pôle emploi à Villeneuve d’Ascq (59) a été occupée. Cette occupation était initiée par le Collectif de Chômeur-ses et Précaires de Lille (CCPL). Étaient présents aussi Sud étudiant-e-s et des indigné-e-s. Sans oublier les sans papiers en lutte de Lille (CSP 59), venus en soutien.

L’action collective et l’auto-défense juridique font partie des armes du CCPL pour résister face à Police emploi (et la CAF) dont les pratiques relèvent du contrôle social, de la précarisation, du flicage et de l’exclusion. Ce n’est qu’un début, ça continue !


Durée : 16mn 55

> Pour télécharger ce fichier d’environ 30 Mo :
clic droit sur le lien puis “Enregistrer la cible du lien sous…”

Rassemblement du collectif chômeur-ses et précaires le 14 février à Lille

vendredi 10 février 2012

Le Collectif de chômeur-ses et précaires de Lille, dans le cadre du nouveau RDV d’occupation nationale des Pôles emploi (Rennes, Brest, Paris, Nancy, Le Havre, Caen, Bordeaux, Lyon, Quimper, Libourne, Montreuil, Toulouse…), appelle à un rassemblement le mardi 14 février à 10h au métro “Mairie de Lille”.

Il revendiquera ce jour-là :

  • la transparence sur les chiffres de radiations, sur la nature des prestations et budgets alloués à la sous-traitance,
  • des panneaux d’affichage mis à disposition en permanence et un accès à la photocopieuse pour un gros tirage de tracts et d’affiches,
  • aucune radiation prononcée dans l’agence occupée ce jour,
  • la fin de la dématérialisation des diverses convocations (via espace personnel par exemple),
  • la tenue d’une réunion d’information dans le Pôle emploi avec un temps d’occupation avant son déroulement, sans évacuation policière.

Il proposera aussi de mettre en place collectivement des revendications locales et plus larges, tout en décidant de nouvelles actions à venir.

Pour en savoir plus, voir le blog du Collectif.

Actions du Collectif Chômeur-ses et Précaires de Lille

vendredi 3 février 2012

Mercredi 1er février en début d’après-midi, le Collectif Chômeur-ses et Précaires de Lille envahissait l’agence “Pôle emploi” du boulevard de la liberté à Lille. Au programme : déploiement d’une banderole, tractage et échanges avec les demandeur-ses d’emploi présent-es sur place, distribution de soupe et affichage des revendications du Collectif.

Prochaine action du Collectif Chômeur-ses et Précaires lundi 6 février à 12h pour une opération tractage, thé, banderole, affichage et discussions devant la CAF (rue Brûle maison).

Le 17 janvier, occupons Pôle Emploi !

lundi 9 janvier 2012

Les “indignés” invitent tous les chômeurs et précaires à participer à un mouvement national d’occupation de certaines agences la veille du « sommet pour l’emploi » organisé par le gouvernement. Voici leur appel :

Le gouvernement se refuse à écouter les mouvements des chômeurs et précaires qui demandent, en vertu des alinéas 5 et 11 du Préambule de notre Constitution, qu’on les respecte. Si “chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi“, alors « tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l’incapacité de travailler, a le droit d’obtenir de la collectivité des moyens convenables d’existence ».

STOP aux réductions d’indemnisation (taux et durée).
STOP aux radiations injustifiées et intempestives.
STOP et non aux 7 heures de travail dues par un bénéficiaire du RSA.
STOP à la stigmatisation des sans emploi.
STOP aux discriminations sociales, raciales, sexistes, générationnelles…

Le 18 janvier, lors de son « sommet pour l’emploi », le gouvernement se prépare à mettre tout le monde à genoux en imposant aux travailleurs une flexibilité à outrance : CDD de 30 mois ou CDI intérimaire, chômage partiel facilité, modulation à la carte du temps de travail avec baisse de salaire… Bref, une légalisation du chantage à l’emploi et du « gagner moins pour continuer à travailler », sous prétexte de résoudre leur crise ! Chômeurs, précaires, salariés, nous sommes tous concernés : voilà pourquoi nous devons nous mobiliser ! Gérer l’exclusion, ce n’est pas la combattre. Précariser le salariat, ce n’est pas lutter contre le chômage. Le développement du rapport de force qui doit nous permettre de regagner nos droits sociaux et à vivre dignement tous, dépend de chacun d’entre nous.

Le 17 janvier, occupons Pôle Emploi !

> Page Facebook de “Occupons Pôle Emploi – Lille”

Rendez-vous à Lille :

Dans le cadre de ce mouvement, le collectif de chômeurSEs et précaires de Lille & les indignéEs de Lille donnent RDV mardi 17 janvier à 10h à Lille au parc Jean Baptiste Lebas, devant l’entrée de la gare Saint Sauveur. Appel à contributions pour : banderoles, pancartes, thermos de café/thé, sifflets et casseroles (pour faire du bruit), mégaphone… Les soutiens syndicaux, associatifs, individuels, etc. sont les bienvenus !

Télécharger le tract du collectif chômeurSEs et précaires de Lille