Archive pour la catégorie ‘Santé Social Éducation Culture 59/62’

Lille : bilan de la lutte menée du 6 au 13 avril par les jeunes MIE

vendredi 14 avril 2017

Message du collectif des Olieux :

Après plus d’une semaine de lutte et de blocage pour obtenir un hébergement et une scolarisation *, les jeunes mineurs qui dorment à la rue, ont été reçus jeudi [13 avril 2017] après-midi dans les bâtiments de la Préfecture par la Direction départementale. Le Département, qui sait impressionner et intimider les jeunes en les convoquant dans un tel lieu, leur a promis une éventuelle prise en charge le 19 avril… Un nombre insuffisant de places serait débloqué ce jour là ! Malgré tout, et compte tenu des engagements pris, les jeunes ont décidé de suspendre leurs actions, en attendant cette date “miraculeuse”… Merci pour votre soutien et restons solidaires ! Rejoignez-nous à la réunion de ce dimanche 16 avril qui aura lieu à l’Univers, rue Danton à 14h30. Le repas est prévu à 13h.

* En savoir plus : www.cnt-f.org/59-62/infos-jeunes-migrants-parc-olieux-lille

Lille : communiqué à propos des expulsés des foyers de la rue M. Servet et de la rue des Stations

lundi 10 avril 2017

Urgent : une vingtaine de personnes, expulsées des centres d’accueil d’urgence ouverts dans le cadre de la trêve hivernale, se retrouvent à la rue et sans aucune ressource financière ! Ces personnes ont actuellement fait une demande auprès de la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) pour qu’une solution d’hébergement digne et durable leur soit proposée.

Pour rappel, un rassemblement avait été organisé le 23 mars 2017 à Lille pour dénoncer le manque de places d’hébergement chronique, l’insuffisance des moyens déployés pendant la trêve hivernale et la non prise en compte des Mineurs non accompagnés. Les associations, collectifs et syndicats signataires avaient demandé à la DDCS de pérenniser les dispositifs ouverts pendant la trêve hivernale, d’ouvrir un nombre suffisant de centres d’hébergement adaptés toute l’année en prenant en compte les spécificités des publics, de réquisitionner les bâtiments vides et de soutenir les initiatives citoyennes auto-organisées permettant la mise à l’abri des personnes vulnérables.

Une délégation a été reçue et a été informée du fait que le Département était en négociation avec l’État pour pérenniser 237 places sur les 485 ouvertes pendant la trêve hivernale. Nous soulignons le fait que ces mesures sont insuffisantes. Rappelons en effet que, selon la FNARS, plus de 700 ménages (967 adultes et 521 enfants) de la métropole lilloise n’ont pas eu de réponse positive de la part du 115 en janvier 2017, et ce malgré l’ouverture de ces 485 places temporaires.

En l’absence de solution proposée par l’État et les collectivités locales aujourd’hui, une vingtaine de personnes en détresse sont venues directement solliciter nos associations, collectifs et syndicats. Elles sont dans l’attente d’une réponse de la DDCS car actuellement à la rue. Nous demandons à la DDCS de prendre en considération leur demande et de leur proposer un hébergement adapté et durable, corrélativement à ses missions de « prévention de l’exclusion», « d’insertion des personnes vulnérables » et de mise en œuvre des dispositifs d’hébergement. Nous rappelons enfin le droit fondamental à l’hébergement et au logement pour tous ; nous ne céderons pas face à ce défaut de veille sociale quant au droit à la dignité humaine et à l’assistance aux personnes en danger.

Lille, le 10 avril 2017

Signataires : APU Fives, APU Moulins, Collectif des SDF de Lille, CSP 59, GRIAM, LDH Lille, PCF Lille, Sud Santé-Sociaux, T’OP! Théâtre de l’Opprimé, UL CGT Lille, UL CNT Lille

Éducation : mesures de carte scolaire et DHG

dimanche 9 avril 2017

Chaque printemps, en prévision de la rentrée de septembre, les technocrates du ministère de l’Éducation nationale publient les mesures de carte scolaire (fermetures et ouvertures de classes) pour les écoles du premier degré et annoncent les dotations horaires globales (DHG) pour les établissements du second degré. Chaque printemps, faute de moyens suffisants, parents, élèves et personnels se mobilisent pour obtenir ici le maintien d’une classe, là un CPE supplémentaire, là encore des heures afin de sauvegarder le dispositif d’aide aux élèves…