Mémoire ouvrière et locale : la coopérative « L’Union de Lille »

L’Union de Lille est une coopérative créée en 1892 par un groupe d’ouvriers et d’ouvrières. Au début, il s’agit uniquement d’acheter du pain en gros afin de le revendre aux sociétaires à un prix plus bas que celui pratiqué au détail dans les boulangeries lilloises. Le succès est fulgurant et, en 1897, la coopérative compte 4053 adhérent.es. L’union de Lille décide alors d’élargir son champ d’activités…

En 1902, elle produit son propre pain et fait construire dans le quartier populaire de Lille-Moulins un bâtiment de 3000 m2 dont le style monumental symbolise la fierté de la classe ouvrière et rivalise avec les productions architecturales du patronat de l’époque (usines-châteaux, hôtels particuliers, etc.). Situé rue d’Arras (en face de la place Vanhoenacker et à 450 mètres du local actuel de la CNT), cet édifice abrite non seulement une boulangerie mais aussi une épicerie, une mercerie, un magasin de confection, une bibliothèque, une école de musique, une salle de gymnastique, une imprimerie militante, un café de 200 places et une magnifique salle de spectacle de 2000 places. L’Union de Lille accueille aussi des sociétés de secours mutuels destinées à venir en aide aux ouvriers et ouvrières en cas de chômage, de maladie ou de décès (bien avant la création de la Sécu). Enfin, elle sert de siège social aux organisations syndicales et politiques du mouvement ouvrier lillois. C’est dans les locaux de L’Union de Lille que se préparent les grèves et les manifestations. C’est là qu’ont lieu les causeries populaires et les grands meetings. C’est là aussi que sont organisées les fêtes de soutien (comme en 1937 et 1938 pour les antifascistes espagnols). Bref, un bel exemple d’auto-organisation des travailleurs.euses !

Dans les années 1950, la coopérative de consommation disparait à cause de la désindustrialisation du quartier et, sur le plan militant, le lieu perd peu à peu de son importance. Un cinéma est créé dans la salle des fêtes mais, à la fin des années 1960, il disparait lui aussi. À partir des années 1970, les locaux sont désaffectés, à l’exception de l’imprimerie qui fonctionne encore mais qui est devenue une entreprise privée liée au PS. Au début des années 1980, un cabinet d’architectes chargé par la mairie de Lille d’une étude pour l’aménagement et le développement du quartier de Moulins préconise de « conserver et protéger un ensemble architectural dont les qualités de composition et de construction ne pourraient plus être égalées ». Au milieu des années 1980, Pierre Mauroy (maire PS de Lille) déclare son intention de créer à cet endroit une « fondation du mouvement ouvrier ». Mais rien n’est fait et le bâtiment continue à se détériorer. Une association est alors créée par les habitant.es du quartier pour défendre ce qu’ils/elles considèrent comme un « lieu de culture et d’expression ».

Finalement, en 1994, la mairie décide de faire démolir le bâtiment pour le remplacer par des appartements et un supermarché. Ne subsiste aujourd’hui que l’imposante façade, classée à l’inventaire des monuments historiques et sur laquelle sont gravés ces mots : « COOPÉRATIVE L’UNION DE LILLE ». Mais ne cherchez pas un panneau expliquant à quoi correspond historiquement cette façade car, comme pour l’emplacement de l’estaminet lillois où fut composée la musique de « L’Internationale » (en savoir plus à ce sujet), la mairie de Lille n’a pas jugé utile pour l’instant d’en installer un !

> Plan d’accès et vue actuelle de la façade de l’ex-coopérative

Print Friendly

4 réponses

  1. NS dit :

    Les grands-parents de Christian SOMERLINCK (Alphonse et Louisa) ont tenu le café pendant quelques années.
    Marceau y a vendu des frites dans sa jeunesse.
    Je crois qu’il y avait également une salle de cinéma…

  2. admin dit :

    Merci pour l’info concernant les grands-parents de notre regretté camarade Christian Somerlink. C’est un truc que Chris ne nous avait pas raconté ! Concernant le cinéma, en effet, il y en a eu un dans la salle des fêtes jusque dans les années 1960. Merci de nous l’avoir rappelé. Cela nous a permis de compléter l’article.

  3. NS dit :

    A comparer avec le Vooruit (En Avant) de Gand. Contrairement à l’Union de Lille dont les murs furent vendus pour acquérir le local du PS rue Lydéric, le Vooruit a été rénové et transformé en immense centre d’art convivial (événements culturels, arts de la scène, livres, musique…) où l’on peut également boire un coup et déjeuner.

  4. admin dit :

    Pour celles et ceux que ça intéresse, une coopérative identique a existé à la même époque dans le département du Jura (à Saint-Claude). Son nom : « La Fraternelle / Maison du Peuple ».

    Depuis les années 1980, une association a réussi à sauvegarder le lieu sous la forme d’un espace culturel pluridisciplinaire (cinéma, théâtre, danse, arts plastiques…). Cet espace culturel affiche clairement ses liens avec l’histoire ouvrière du lieu et sa philosophie d’origine.

    > En savoir plus sur l’histoire du lieu
    > En savoir plus sur les activités de l’espace culturel qui fait vivre le lieu aujourd’hui

Laisser un commentaire