0

Éducation : la CNT face au projet de réforme des PPCR

Après la « refondation » de l’École, la réforme des rythmes et celle du Collège, le ministère de l’Éducation s’attaque aux PPCR (parcours professionnels, carrières et rémunérations) des enseignant-e-s. Cette nouvelle réforme devrait se concrétiser au 1er septembre 2017, le temps que les technocrates de le rue de Grenelle et certains syndicalistes s’accordent sur les modalités précises des nouvelles inspections et du déroulé de nos vies dans l’Administration.

Inspection : la note, c’est fini !

L’inspection ancien régime vit sa dernière année. Elle sera remplacée par 4 rendez-vous de carrière au moment des passages aux 7e et 9e échelons de la classe normale, et au moment de l’accès à la hors classe et à la classe exceptionnelle. Terminées les avancées d’échelons au grand choix ou à l’ancienneté, une cadence unique pour les avancements sera mise en place. La hors classe est donc maintenue mais plus accessible : elle sera automatique après un certain nombre d’années passées dans le 11e échelon de la classe normale. Quant à l’élite (10%), elle bénéficiera d’une nouvelle grille : la classe exceptionnelle. On n’est quand même pas à Nuit Debout ! Les critères pour accéder aux classes supérieures vont reposer sur « une grille de 11 items s’appuyant sur un référentiel de compétences professionnelles qui comporte 70 entrées » (sic !). Conclusion : ce sont les pourcentages limités d’accès et les items validés par le chef qui primeront. Le changement dans la continuité.

Gagner plus ? Ça dépend du point de vue !

Nous sommes au 16e rang, derrière l’Allemagne, l’Irlande, la Hollande… en comparaison des salaires des enseignant.es du primaire après 15 ans d’exercice. Pour faire bonne figure, les premières mesures du PPCR vont s’appliquer au 1er janvier 20117. Cela va se concrétiser par de nouvelles grilles indiciaires où quelques échelons se verront ajoutés de 6 à 11 points. Une fortune ! Soit un gain de 53 à 64 € par mois. Le premier échelon des profs sera le seul à bénéficier d’une relève de 122 € par mois. Quand on sait que la cotisation retraite a augmenté au 1er janvier, la revalorisation salariale ressemble à s’y méprendre à une opération nulle.

La CNT contre toutes les hiérarchies de salaires, de statuts et de carrières !

La CNT a toujours dénoncé les inspections et continuera à s’opposer à ces entretiens d’évaluations mâtinés de formations (lesquelles ?). Pour rappel, elle est partie prenante du Collectif Anti-Hiérarchie (CAH).

ssec-59-62

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.