Jeudi 17 novembre à Amiens : solidarité avec deux militants convoqués à la gendarmerie suite à une action pour la défense de l’assurance-chômage

En juin 2015, à l’occasion d’une visite de Pierre Gataz dans la Somme, une trentaine de militant-e-s (mobilisé-e-s dans le cadre de la mobilisation pour la défense de l’assurance-chômage) s’invitaient à la garden-party organisée par le MEDEF au Petit Château à Lamotte-Brebière.

Un an plus tard, suite à une plainte déposée par le propriétaire du lieu, un des militants présents était convoqué à la gendarmerie pour y être entendu.

Jeudi 17 novembre 2016, c’est au tour de deux autres militants (Laurent et Matthieu) d’être convoqués dans le cadre de cette affaire. Pour soutenir les deux camarades et dénoncer la répression du militantisme, un rassemblement aura lieu à partir de 13h30 devant la gendarmerie du 54 rue des Jacobins à Amiens.

Pour en savoir plus, voir l’événement fb créée pour l’occasion par la Coordination des Intermittents et Précaires (CIP) de Picardie

Cet article a 1 commentaire

  1. Retraité de l’éducation nationale depuis 1998 ,je tenais ici à confirmer la misère de la Médecine du Travail au sein de l’Education Nationale. En 1976 alors que je souffrais d’une dépression nerveuse réactionnelle à de la violence subie dans un IMP,j’ai été réintégré dans une Ecole Primaire dans laquelle j’ai passé une radiographie pulmonaire…Je m’en suis sorti au bout de 14 ans avec de multiples luttes au SNIPEGC et à la FSU.Pourtant,quand on sait qu’un bombardier Rafale coûte 194 Millions d’euros et qu’un sous-marin nucléaire c’est 20 000 enseignants sur 5 ans on peut affirmer que d’autres choix sont possibles pour une médecine du travail de qualité. Morineau Maurice La CGT retraité

Laisser un commentaire

Fermer le menu