Manifs du 9 mars contre la loi sur le travail : ce n’est qu’un début, continuons le combat !

manif-9mars2016-lille-etudiants-contre-loi-travailPrès de 20 000 personnes ont manifesté le 9 mars 2016 dans le Nord Pas-de-Calais contre le projet de loi sur le Travail. Les premiers à sortir dans la rue furent les lycéens de Cambrai (une centaine de manifestants), puis ceux des lycées Pasteur et Faidherbe à Lille (dont les portes ont été bloquées un moment par plusieurs dizaines de grévistes). Ensuite, tout au long de la journée, des manifestations interprofessionnelles ont eu lieu à Valenciennes (2 500 personnes), Arras (300), Boulogne-sur-Mer (700), Calais (500), Dunkerque (350) et Lille (15 000). Ce n’est qu’un début, continuons le combat !

Prochain rendez-vous interprofessionnel et régional : vendredi 11 mars à Douai (10h, place d’Armes) pour une manifestation unitaire contre le projet de loi El Khomri mais aussi contre la répression anti-syndicale & anti-sociale à l’œuvre à Goodyear, à Air France, à Calais, à Notre-Dames-des-Landes, dans les quartiers populaires, etc.

D’autre part, une AG de lutte contre la loi Travail a été créée sur Lille. Elle regroupe des salarié-es, des chômeurs-es, des étudiant-es et des lycéen-nes. Prochaine réunion : samedi 12 mars à 17h30 à l’Insoumise (10 rue d’Arras à Lille).

Enfin, plusieurs composantes du mouvement étudiant et lycéen appellent la jeunesse à se mobiliser le jeudi 17 mars (à Dunkerque, rendez-vous à 9h devant la gare et à Lille, rendez-vous à 14h place de la République). Pour préparer cette journée, des assemblées générales sont prévues dans les facs : jeudi 10 mars à Lille 1, mercredi 16 mars à Lille 3, etc. La question du blocage des universités sera mise à l’ordre du jour de ces AG (pour en savoir plus, voir la page fb des étudiants lillois contre la loi Travail). Mais la journée du 17 mars ne sera pas seulement celle de la jeunesse. Plusieurs syndicats de salarié-e-s appellent en effet à cesser le travail ce jour-là. De manière plus générale, des préavis de grève couvrant la période du 17 au 31 mars ont été déposés dans les trois secteurs de la fonction publique. Quant au secteur privé, les appels à préparer la grève générale reconductible se multiplient. L’occasion de rappeler à nouveau le cadre juridique et pratique du droit de grève : lire ici

Cet article a 2 commentaires

  1. Quand je pense que ce projet de loi est porté par des socialos ! mais bon, Benoit Broutchoux le disait déjà au début du siècle dernier : “Les socialos se foutent du populo !”

    frat à tou(te)s,

    Alain, alias bolet satan

  2. C’est la fonction historique de la social-démocratie de préserver le système capitaliste. Pas de surprise. En période faste, ils accompagnent par opportunisme le revendicatif progressiste : peine de mort, lutte contre le racisme, lutte contre l’homophobie, etc, mais, le moteur du régime, son coeur, ils le protègent et le défendent. Plus grave encore que la loi-travail pour des socialos : l’inscription de l’état d’urgence dans la Constitution. Avec eux, le fascisme advient, ce n’est pas nouveau.

Laisser un commentaire

Fermer le menu