Le Conseil départemental du Nord décide de ne plus subventionner l’Atelier Populaire d’Urbanisme de Lille-Moulins

logo-APU-MoulinsLettre ouverte du CA de l’APU Moulins à :
– Monsieur LECERF, Président du Département du Nord
– Monsieur HENNO, Vice-Président délégué à l’insertion
– Mesdames et Messieurs les élus du Département du Nord

Depuis 1994, notre association – l’Atelier Populaire d’Urbanisme (APU) Moulins, association basée dans le quartier Moulins à Lille au sein d’un local mis à disposition par la ville de Lille – agit aux côtés des ménages, souvent les plus précaires, pour leur garantir l’accès aux droits liés au logement. Nous informons, accompagnons, soutenons plus de 300 familles rencontrant des difficultés de logement : accès au logement social, prévention des expulsions, lutte contre l’indécence et l’insalubrité, lutte contre les marchands de sommeil, accompagnement en justice (civil et administratif)… Notre projet associatif est porté par un collectif de militants bénévoles et par une équipe salariée, animés par des valeurs d’égalité des droits.

Cette action s’inscrit depuis 21 ans dans le cadre de financements publics principalement issus des collectivités et de l’État, ainsi que de la Fondation Abbé Pierre. Avec une gestion extrêmement rigoureuse mais dans un équilibre fragile, ces financements sont presque exclusivement mobilisés pour rémunérer les trois salariés. Ces financements ne sont pas le résultat d’un « cadeau » qui nous serait fait par les collectivités, mais bien le résultat d’un soutien de notre travail quotidien auprès des ménages en difficultés de logement. C’est bien souvent parce que nous nous substituons au « service public » dans le cadre d’un accompagnement constructif inscrit dans la durée, auprès de familles en grande difficulté économique et sociale et parce que nous travaillons en réseau avec les services publics (Sce Habitat de la Ville de Lille, assistantes sociales du département, CAF, services préfectoraux, bailleurs sociaux Sce Habitat de la MEL…) que ces financements « publics » nous sont attribués. Dès la création de l’association en 1994, le Département du Nord, alors présidé par Jacques DONNAY (RPR), a fait le choix d’accompagner financièrement notre action, soutien du Département reconduit par la suite entre 1998 et 2014 sous présidence socialiste.

Unilatéralement, l’année dernière en 2014, le département du Nord, encore sous gouvernance socialiste, souhaitait conditionner l’octroi de notre subvention à l’accueil d’un quota d’allocataires du RSA dans le cadre de la mission « Objectif emploi » du Plan Départemental d’Insertion. Il venait ainsi nous imposer une mission et un métier qui ne sont pas les nôtres et aussi remettre en cause notre principe d’accueil sans exclusive auprès de tous les ménages locataires ou propriétaires occupants rencontrant des difficultés de logement. Nous ne pouvions accepter ce « fléchage », et mentir sur le travail qui est le nôtre auprès des ménages en difficultés de logement (il s’agit ici d’argent public et il nous tient à cœur d’être transparents sur l’utilisation qui en est fait). Notre action vise à garantir l’accès aux droits liés à habitat et n’est en aucun cas une action visant l’accès à l’emploi des allocataires RSA. Les chiffres du rapport du Mal logement de la Fondation Abbé Pierre en 2015 démontrent s’il le faut encore la pertinence de notre action : ce sont 133000 demandes d’accès au logement social, 155000 logements indignes (1/4 des logements indignes en France sont en région NPDC), 4000 familles en bidonvilles et 1/4 des appels au 115 non satisfaits.

En 2014, nous n’avons reçu que 2/3 du financement jusqu’alors attribué, les élus refusant d’entendre notre légitime demande de reconnaître notre action dans la réalité de ce qu’elle est: une action d’accompagnement d’accès aux droits liées au logement. En 2015 nous déposions de nouveau une demande de financement au titre de l’accompagnement des familles pour l’accès aux droits liées au logement. Et cette année, l’actuelle majorité (Républicains-UDI), par la voix de Monsieur HENNO, en charge de l’insertion, refuse totalement le financement de notre projet associatif !!! Rappelons quand même que « l’aide sociale, l’autonomie des personnes, et la solidarité des territoires », sont des compétences centrales du Département, et l’action sanitaire et sociale constitue le cœur de son intervention. À ce titre, chaque jour, nous recevons des familles orientées par les travailleurs sociaux du Département pour un accompagnement spécifique lié au logement, chaque jour nous recevons leurs appels nous sollicitant pour une information ou une demande de conseil sur une situation. Le travail des APU est de longue date reconnu de tous, y compris des techniciens du Département, notamment ses assistantes social-e-s. Il l’est visiblement bien moins par ses élus et ses instances décisionnaires qui arbitrent le montant des subventions accordées et leur refus sans se soucier des conséquences sociales !

En décidant de mettre fin au financement de l’APU Moulins cette année, les élus Républicains-UDI du Département du Nord font le choix de la mise en péril d’une action associative singulière au Nord de Paris, les APU étant les seules à travailler comme nous le faisons, entre action juridique et « sociale » dans le domaine du logement, au quotidien au côté des familles les plus fragilisées par une situation économique et sociale très critique; Sans cette subvention, c’est un collectif associatif reposant sur cette action quotidienne animée par une équipe salariée qui n’a plus les moyens de travailler avec les familles. Alors même que les élus du Département du Nord prônent « l’insertion économique » et « le retour à l’emploi » en partenariat avec les acteurs économiques du territoire, leur décision unilatérale de ne plus financer notre action va obliger l’APU Moulins à licencier. La nécessité de garantir le droit au travail aux allocataires du RSA privés d’emploi ne peut être mise en concurrence avec les actions d’accompagnement d’accès aux droits liées au logement. La suppression de cette subvention impacte les équipes salariées mais elle met surtout en péril notre action au quotidien auprès des familles que nous accueillons et soutenons, captives du mal logement.

Prendrez-vous la responsabilité politique de priver des familles d’un espace d’accès aux droits ? Prendrez-vous la responsabilité de licenciements supplémentaires ?

Lille, le 29/10/15
CA de l’APU Moulins

Print Friendly

Une réponse

  1. LANERES dit :

    QUELLE HONTE ! Bonjour et Merci la DROITE ! Nous vous soutenons et viendrons vous voir samedi prochain !

    PODEMOS LILLE cercle citoyen autonome

Laisser un commentaire