Et revoilà l’éternel refrain de la simplification du code du travail !

main-du-patronat-ecrasant-travailleur« Simplification » du code du travail ! La ritournelle est éculée ; elle a déjà servi maintes fois, notamment lors des récentes lois Macron et Rebsamen. Elle revient néanmoins en force ces temps-ci. Dans ce concert de revendications « simplificatrices », la dernière intervention – complaisamment relayée par les médias – revient à Robert Badinter et Antoine Lyon-Caen qui ont commis un livre sur ce sujet (Le travail et la loi) proposant l’« allègement du code du travail » face à sa « complexité croissante ». La solution toute trouvée : réduire le code du travail à « 50 principes fondamentaux ». Pierre Gattaz, président du Medef, s’est empressé de les féliciter comme il se doit et a opportunément proposé « l’ouverture d’un dialogue sur le sujet ». Quelques temps auparavant, cette intervention de Robert Badinter et Antoine Lyon-Caen était précédée d’une lettre de mission sur « les rigidités du code du travail » envoyée par le premier ministre Manuel Valls à Jean-Denis Combrexelle (président de la section sociale du Conseil d’État), celui-ci devant remettre son rapport au gouvernement dans le courant du mois de septembre 2015.

On le voit, loin d’être des initiatives isolées, ces différentes interventions ressemblent fort à une offensive coordonnée en vue de créer les conditions idéologiques d’une régression majeure encore à venir dans le champ du droit du travail. Les lois Macron et Rebsamen à peine adoptées, le gouvernement enclenche la vitesse supérieure en préparant une nouvelle dérégulation d’ampleur. De quoi s’agit-il et comment va s’opérer cette nouvelle dérégulation ? Pour le découvrir, lire le tract de 4 pages publié par la fédération CNT du Travail, de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

Print Friendly

Laisser un commentaire