Compte-rendu de la grève du 20 novembre à l’Hôpital Privé de Bois-Bernard (62)

greve-20nov2014-hopital-prive-Bois-Bernard-panneau-CNT-format-webL’Hôpital Privé de Bois-Bernard (Pas-de-Calais) fêtait ses 40 ans ce jeudi 20 novembre 2014. Les petits plats avaient été mis dans les grands pour recevoir les grosses têtes de la Générale de Santé avec, tenez-vous bien, le grand sachem en personne, l’actionnaire australien !

Occasion pour la directrice générale d’une campagne de comm’ laissant accroire qu’au sein de son établissement tout était rose pour les personnels, présentation des choses partiale plus que contestable et d’ailleurs contestée (cf. les chiffres de l’absentéisme, les départs et la récente campagne de répression dont fut victime notre RSS préféré, entre autres items…).

Une foule considérable s’était donc pressée devant l’HPBB pour répondre au mot d’ordre de grève lancé par la section CNT et le syndicat FO…

Les forces de coercition du grand capital avaient été mobilisées en nombre avec un peloton de 4 gendarmes sans grenades offensives, un huissier au taquet pour constater tout ce qui pourrait être constaté et un major des RG !

Face aux représentants de l’ordre, une véritable armée prête à en découdre : 4 grévistes recensés selon les chiffres des syndicats et 3 selon ceux des RG (le RSS de la CNT et son secrétaire de section + le DS de FO)… Soit une différence de 25 % ! Vive la désinformation !

Il semble que les salariés, pourtant déçus par la tournure de la négociation annuelle obligatoire (NAO), n’aient pas jugé opportun d’interpeller leurs dirigeants et décideurs en direct, pas plus que le syndicat majoritaire, la CGT…

Absolument regrettable car les pontes du national et l’actionnaire australien ne remettront sans doute pas le pied dans la boutique avant longtemps. Et l’occasion de manifester mécontentement et revendications ainsi perdue risque de ne pas se représenter avant un bail.

Bien dommage, mais pour autant, la maigre affluence n’a pu empêcher que l’action se déroule dans la bonne humeur.

Les deux représentants cénétistes n’ont pas manqué de titiller l’assistance présente par quelques petites espiègleries dont ils ont la recette, au grand dam de l’huissier, du représentant des RG et d’une directrice générale quelque peu embarrassés car, en une telle circonstance, il s’agissait de ne surtout pas importuner gentes dames et jolis damoiseaux en costumes…

Hors de question cependant d’occulter la dimension festive indissociable de ce genre de mouvement quitte à bousculer un peu l’étiquette ou le protocole, ne serait-ce que pour lire l’étonnement ou l’irritation sur la bouille du bourgeois bien-pensant…

Vivement la prochaine grève !

Print Friendly

Laisser un commentaire