0

La crise des riches : machine à broyer du pauvre !

Le gouvernement, en bon chien de garde du grand capital, nous ressort l’épouvantail séculaire qu’il nomme LA CRISE, la grande responsable de tous nos maux, celle contre qui nous devons tous lutter en nous serrant encore plus la ceinture, la crise qui justifie tant de choses comme entre autre la sape des services publics et la baisse des subventions aux structures sociales.

Ce système écœurant qui laisse sur le bord de la route de plus en plus de gens, le gouvernement le conforte en augmentant les inégalités encore plus profondément.

Pour nous, travailleurs sociaux, l’approche de l’hiver risque encore une fois de rimer avec misère, galère et cimetière. Force est de constater que le nombre d’hommes, de femmes et d’enfants en grande précarité et leurs conditions de vie déplorables ne font qu’accroître ces derniers mois.

Nous nous indignons face à la baisse des subventions et le mépris accordé aux populations à la rue. Les conséquences directes sont la diminution du personnel encadrant et des moyens au sein des hébergements et de toutes les structures sociales. Voilà la réponse que nous impose le gouvernement. Et c’est dans ce contexte que grandit la marginalisation et l’exclusion des personnes. Pouvons nous choisir et surtout accepter que l’on abandonne une partie de la population?

Nous exigeons que le but « zéro SDF » soit atteint en nous donnant les moyens de faire notre travail. Nous demandons que les financements injectés chaque année dans les structures hivernales soient conséquents et nous permettent d’atteindre les objectifs pour lesquels nous sommes missionnés, à savoir, la continuité de l’hébergement, la mise à l’abri, la protection des personnes et la non remise à la rue.

Les différentes journées de mobilisation et les rencontres avec les services de l’Etat n’ont, à ce jour, mené à rien, nous devons durcir le mouvement. Pour la CNT, seule la grève générale reconductible jusqu’à satisfaction fera réagir les décideurs.

Ce n’est ni à nous ni aux personnes en grande précarité de payer pour stabiliser un système moribond et injuste.

Manifestation le 16 septembre à 14h (Grand’place – Lille)
pour protester contre la réforme de Benoist Apparu,
secrétaire d’Etat chargé du logement

Union locale des syndicats CNT de Lille

ul-lille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.